Analyse
Casino il y a 12 ans - lundi 21 mars 2005

Les activités étrangères devraient à terme devenir le pôle de croissance du groupe.

Cours au moment de l'analyse : 60,85 EUR

Résultats décevants

Avec une croissance du chiffre d’affaires de 0,8 % et une progression bénéficiaire de 6 % à 4,56 EUR par action, Casino est resté un peu en deçà des attentes (déjà tempérées) en 2004. Sur son marché domestique français (80 % du chiffre d’affaires et 91 % du bénéfice opérationnel), le distributeur a maintenu de justesse sa marge bénéficiaire malgré les baisses de prix, mais uniquement dans ce cas grâce aux « discounters » Leader Price et Franprix. A l’étranger, le groupe a fait nettement mieux (baisse du chiffre d’affaires mais forte hausse de la rentabilité) même si Laurus, sa filiale néerlandaise à 45 %, a essuyé de lourdes pertes (concurrence d’Albert Heijn, restructuration,…).
Pour 2005, Casino mise surtout sur une accélération de son expansion internationale, notamment aux Etats-Unis, en Amérique latine et en Thaïlande. Les activités étrangères devraient d’ailleurs devenir à terme le pôle de croissance du groupe. En France, le groupe compte encore réduire les coûts, tester de nouvelles formules de magasin et ouvrir de nouveaux magasins (surtout des discounters). Nous avons ramené notre estimation de bénéfice pour 2005 (tenant compte des normes IFRS ) de 5,67 à 5,44 EUR par action. Pour 2006, nous misons sur un bénéfice par action de 5,85 EUR.

L’action est correctement évaluée mais le groupe reste trop tributaire d’un marché français très concurrentiel et pour ainsi dire saturé. N’achetez pas.

 

Partagez cet article