Analyse
Cumerio il y a 12 ans - lundi 25 avril 2005
La division "cuivre" de Umicore va voler de ses propres ailes.

Introduction en Bourse

La division cuivre d'Umicore sera cotée séparément sous le nom de Cumerio. Le 29/04, vous recevrez une action Cumerio par titre Umicore détenu. Le prix de référence sera fixé le 28/04 (entre 9 et 12 EUR).
Cumerio ne possède aucune mine mais est actif dans la fonderie, le raffinage et la transformation du cuivre en produits semi-finis. Ses usines sont situées en Belgique et en Italie, mais aussi en Bulgarie, pays qui jouit d’un faible taux de taxation et d’une situation idéale sur le marché est européen, dont la croissance est plus soutenue qu’à l’Ouest. Les usines belges et bulgares disposent d’un appareil de production qui fait référence en terme de productivité et de rentabilité. Le secteur est actuellement en reprise. Les prix élevés du cuivre, induits par la demande chinoise, stimulent la production des mines. Mais vu la faible élasticité de la capacité de traitement et de raffinage, les acteurs comme Cumerio sont en position de force pour négocier les tarifs avec les mines. Les prix négociés pour 2005 ont doublé par rapport à 2004 et devraient encore grimper en 2006 et le prix des cathodes (produit du raffinage) est historiquement élevé. Au vu du niveau du dollar (l’essentiel des ventes est en dollar), Cumerio table sur un bénéfice 2005 (tenant compte des normes IFRS) de 1,06 à 1,18 EUR par action. Nous tablons quant à nous sur 1,18 EUR et sur un dividende intéressant : 0,3375 EUR net pour l’exercice 2005 (contre 0,225 EUR payable en juin prochain pour l’exercice 2004). Le groupe dispose en outre de moyens suffisants pour étendre ses capacités (éventuellement par acquisition). Pour 2006, nous prévoyons 1,39 EUR par action. Ensuite, le bénéfice pourrait reculer (entrée sur le marché de nouvelles capacités).

Par la scission, Umicore acquiert le profil de ses concurrents britanniques et américains. Ce profil, le marché le prévoit depuis plusieurs mois, ce qui l’a poussé à revaloriser l’action. Presque chère, Umicore (78,25 EUR au moment de notre analyse) n’offre pas assez de potentiel. Conservez.

Cumerio, par contre, correctement évaluée dans la fourchette de prix, est intéressante. Acheter jusqu'à 11 EUR pour revendre, probablement dans le courant 2006, au sommet du cycle. En cas de faiblesse du cours juste après la scission (vente par des institutionnels, vu la faible capitalisation), profitez-en pour acheter.

Partagez cet article