Analyse
General Motors il y a 12 ans - lundi 25 avril 2005
Le constructeur automobile américain ne paie-t-il pas son manque d'adaptation au marché ?

Cours au moment de l'analyse : 26,74 USD

Une restructuration s’impose

L’avertissement sur résultats l’avait laissé pressentir : le résultat du premier trimestre met le groupe face à de lourds défis. En Amérique du Nord (55 % de l’activité), le désintérêt des clients (chiffre d’affaires : -13 %) et les énormes coûts de production (soins de santé, pensions du personnel, …) sont la cause d’une perte  abyssale. En Asie, le profit est divisé par 4,5 sous les coups de boutoir d’une féroce concurrence. Et si les pertes reculent en Europe (hors charges de restructuration), rien ne permet encore de crier victoire. Malgré les limites imposées aux investissements, la perte globale atteint 1,95 USD par action. Un recul du dividende est à craindre et nous misons pour l’ensemble de 2005 sur une perte de 1,5 USD par action. Pour regagner la confiance des investisseurs et une place compétitive sur le marché, la direction doit lancer une restructuration radicale. Mais, négociant actuellement le problème des soins de santé avec les syndicats (peu accommodants), elle se garde bien de dévoiler ses projets.

Le risque de faillite à moyen terme est peu probable mais ne peut être écarté. Nous relevons dès lors à **** notre niveau de risque. Pour cette même raison, les conditions de crédit accordées au groupe pourraient devenir plus sévères, ce qui aggravera encore la situation. Celle-ci ne s’améliorera ensuite que si la stratégie prend un virage à 180°. Correctement évalué, le titre pourrait profiter de l’annonce d’un plan de redressement, mais il est trop tôt pour acheter dans cette optique. Conservez.

Partagez cet article