Analyse
Jenoptik il y a 12 ans - vendredi 29 avril 2005
Finalement, les résultats 2004 du groupe technologique allemand  auront été meilleurs que prévu.

Cours au moment de l'analyse : 8,25 EUR

Rentabilité opérationnelle convaincante

Finalement, les résultats 2004 du groupe technologique allemand Jenoptik auront été meilleurs que prévu. Si le chiffre d’affaires de 2,5 milliards EUR est conforme aux objectifs, la bonne surprise est venue de la rentabilité. La société a en effet enregistré un bénéfice d’exploitation de 81 millions EUR, ce qui est bien au-delà de la fourchette des prévisions comprises entre 45 et 60 millions EUR. La bonne tenue des deux divisions n’y est pas totalement étrangère. La division Clean Systems (spécialisée dans la conception de salles blanches pour la production des semi-conducteurs) a renoué avec la rentabilité en 2004 grâce à des mesures de restructuration et à la reprise du secteur des semi-conducteurs. La deuxième division, Photonics, a quant à elle aussi contribué à la bonne performance de Jenoptik en 2004. Les acquisitions (de Lechmotoren et Wahl optoparts) ont certes soutenu le développement de cette division mais la croissance organique de 13 % par rapport à 2003 n’en est pas moins honorable. Seule ombre au tableau, la situation financière du groupe allemand qui s’est améliorée un peu en 2004 mais reste particulièrement fragile. Fin 2004, 76 % de l’activité étaient toujours financés par l’endettement contre 80 % fin 2003. C’est du reste la raison pour laquelle il n’y aura pas de dividende au titre de l’exercice 2004 pour permettre à la société de réduire davantage son taux d’endettement et de financer le développement de sa division phare Photonics. Côté perspectives pour l’année en cours, l’activité de Clean Systems devrait se stabiliser compte tenu du ralentissement du secteur des semi-conducteurs. Photonics, en revanche, devrait poursuivre sur sa lancée et afficher une forte croissance en 2005.

Jenoptik a convaincu sur le plan de la rentabilité opérationnelle mais sa situation financière demeure un point faible. Conservez.

Partagez cet article