Analyse
Jenoptik il y a 12 ans - vendredi 27 mai 2005
Le groupe technologique allemand a publié des résultats confirmant sa bonne santé.

Cours au moment de l'analyse : 8,84 EUR

La situation financière inquiète

Pour le premier trimestre 2005, le groupe technologique allemand Jenoptik a publié des résultats confirmant sa bonne santé. La société a ainsi enregistré un chiffre d’affaires de 409,1 millions EUR, en hausse de 25 % par rapport à l’an dernier sur une base comparable. Les nouvelles en matière de rentabilité sont également rassurantes. Grâce à des mesures de restructuration, la division Clean Systems (conception de salles blanches pour la production de semi-conducteurs) a en effet renoué avec les bénéfices, permettant ainsi à l’entreprise de dégager un bénéfice d’exploitation de 10,8 millions EUR contre une légère perte en 2004. Si la situation de Clean Systems s’est donc fondamentalement améliorée, la volonté de Jenoptik de se défaire de cette division n’a pas pour autant changé. Aux dernières nouvelles, MWZ Singapore, principale filiale de la division, aurait demandé une autorisation pour la cotation de ses titres en Bourse de Singapour. Après la cession partielle de M+W Zander Gebäudetechnik, cette opération constituerait un deuxième pas important vers le désengagement de Clean Systems. Dans le même temps, Jenoptik poursuit le développement de sa division phare Photonics (active dans le domaine de l’optoélectronique) avec l’annonce de deux nouvelles acquisitions. La première concerne la participation de 33 % dans le capital de Krämer Scientific Instruments, renforçant ainsi l’expertise de Jenoptik dans le domaine des systèmes d’inspection. Quant à la seconde, elle a trait au rachat de 51 % des actions de Photonic Sense, une société spécialisée dans la fabrication de composants optiques à base de germanium et silicium, des composants majoritairement utilisés dans les viseurs de nuit et les caméras de surveillance.

La rentabilité est au rendez-vous et le désengagement de Clean Systems se poursuit. Néanmoins, et comme nous l’avons déjà souligné, la dégradation de la situation financière suite aux nombreuses acquisitions suscite quelques interrogations. Conservez.

Partagez cet article