Analyse
Nokia il y a 12 ans - vendredi 16 septembre 2005

En dépit de perspectives meilleures que prévu pour le troisième trimestre, peut-on voir l’avenir en rose pour le fabricant finnois de téléphones portables ?

A terme : doute sur les marges

En dépit de perspectives meilleures que prévu pour le troisième trimestre, nous ne voyons pas l’avenir en rose pour le fabricant finnois de téléphones portables. Action chère.
VENDEZ.

Nokia a relevé ses prévisions pour le troisième trimestre. Les ventes pourraient dépasser de 21 % celles de l’an passé sur la même période, notamment grâce aux pays émergents. Le groupe parvient apparemment à récupérer les parts de marché perdues en 2004. Quant au prix de vente moyen des téléphones portables, il est certes toujours mis sous pression par la forte concurrence et par le fait que la part vendue dans les pays émergents, à des prix moins élevés, est de plus en plus importante. Mais il devrait baisser moins que prévu. Néanmoins, en dépit de ces signaux positifs, nous restons sceptiques pour le long terme. A notre avis, le groupe n'a pas encore réussi à stopper la dégradation de ses marges. La mobilophonie reste un business capricieux (Nokia a lancé plusieurs avertissements sur résultats ces dernières années) et il n’est pas certain que les récents succès marketing auront un effet durable. Enfin, le groupe n'occupe pas pour l’instant de position forte sur le plan de la mobilophonie de troisième génération. Nous relevons dès lors légèrement notre prévision de bénéfice par action pour 2005 à 0,80 EUR (contre 0,78 auparavant), mais pour 2006, nous la maintenons à 0,83 EUR.

Cours au moment de l'analyse : 13,63 EUR

Nokia est un groupe finlandais, premier fabricant de téléphones mobiles et second fournisseur d’infrastructures pour la mobilophonie.

Partagez cet article