Analyse
PPR il y a 11 ans - lundi 30 janvier 2006

La faiblesse de la «distribution» a été compensée par les prestations meilleures que prévu de la division «luxe».

La division «luxe» sauve les meubles

La faiblesse de la «distribution» a été compensée par les prestations meilleures que prévu de la division «luxe». Pour la croissance future, c’est aussi sur le luxe qu’il faudra compter. L’action est chère.
VENDEZ.

Le chiffre d’affaires 2005 (+4,2 %) est contrasté. Dans la distribution (83 % du chiffre d'affaires), la hausse de 2,8 % déçoit et les prestations sont franchement mauvaises dans les magasins Printemps, la chaîne d’équipement du foyer Conforama et l’activité de vente par correspondance Redcats. C’est surtout le quatrième trimestre, primordial pour le secteur, qui a été un fiasco. Heureusement, la FNAC et CFAO (Afrique et territoires d’Outre-mer) ont compensé partiellement. En revanche, la division luxe affiche une hausse spectaculaire du chiffre d’affaires (+11,9 %). Le départ du directeur et du principal concepteur semblent avoir été bien digérés par l’équipe. Pour 2006, on peut s’attendre pour Gucci, la plus grande marque de la division luxe, à une hausse des ventes de plus de 10 % (13,6 % en 2005). Pour les prochaines années, dans le luxe, c'est surtout sur le marché américain que PPR entrevoit un important potentiel de croissance. Dans la distribution, la FNAC accélérera son expansion internationale et Conforama vient de reprendre sa plus grande chaîne franchisée (14 magasins). Nous misons sur un bénéfice par action de 5,00 EUR en 2005 et de 5,53 EUR en 2006.

Cours au moment de l'analyse : 94,50 EUR

PPR est un des plus grands groupes de distribution en Europe (Printemps, FNAC, Conforama,…) et troisième  groupe de luxe au monde (Gucci, Yves Saint Laurent, Stella McCartney, …). Il réalise plus de 40% de son chiffre d'affaires en France.

Partagez cet article