Analyse
ABN Amro il y a 11 ans - jeudi 27 avril 2006

Les coûts pèseront encore sur le résultat 2006, mais le groupe réagit.

Nouvelles réductions de coûts

Les coûts pèseront encore sur le résultat 2006, mais le groupe réagit et nous restons confiants pour 2007. Action bon marché.
ACHETEZ.

Au premier trimestre, le bénéfice par action, (à nombre d’actions constant) a gagné 12,1 %, en grande partie grâce à Banca Antonveneta, rachetée en 2005. Mais si on tient compte de l'augmentation de capital consentie pour ce rachat, il déçoit un peu puisqu’il perd 1,9 %. Notamment en cause, les provisions pour créances douteuses, renforcées en Amérique latine, et le crédit immobilier, en recul aux USA. Mais ce sont surtout les coûts qui minent le résultat (même hors charges d'intégration de Banca Antonveneta). De nouvelles mesures sont dès lors mises en place. Elles prévoient e.a. la suppression de 1 500 emplois supplémentaires (pour épargner 0,08 EUR par action par an dès 2008). Ces mesures, ajoutées à celles en cours, devraient dégager une économie de 0,49 EUR par action par an dès 2008. Cette fois encore, ABN Amro privilégie l'externalisation et la délocalisation d'activités (en Inde par exemple).
Au vu du résultat trimestriel, nous réduisons notre prévision de bénéfice par action 2006 à 2,53 EUR (compte tenu des charges de restructuration), contre 2,74 EUR auparavant. Mais confiant dans les mesures annoncées, nous tablons sur 2,94 EUR pour 2007. En outre, le rendement du dividende est élevé (±4,5 % brut) et le groupe poursuit ses rachats d'actions .

Cours au moment de l'analyse : 24,25 EUR

ABN Amro est une banque néerlandaise, fortement présente à l’origine au Benelux, mais visant maintenant un développement international (USA, Brésil, Italie).

Partagez cet article