Analyse
Schneider il y a 11 ans - lundi 8 mai 2006

Le groupe français d'infrastructures pour la gestion de l’électricité relève ses objectifs de vente et poursuit son expansion géographique.

Hausse record des ventes

Le groupe français d'infrastructures pour la gestion de l’électricité relève ses objectifs de vente et poursuit son expansion géographique. Le cours a déjà bien monté mais l'action est toujours correctement évaluée.
CONSERVEZ.

Profitant d’un environnement économique favorable, au premier trimestre, le chiffre d’affaires a connu une croissance record : +13,3 % sur base comparable et +26 % si on tient compte des acquisitions réalisées en 2005 et d’un effet de change favorable. Même en Europe (50 % de ses ventes), la croissance est supérieure à 10 %, poussée par une reprise des investissements, notamment industriels.
Le groupe relève dès lors son objectif de croissance interne du chiffre d’affaires pour l’ensemble de 2006 à 6 ou 7 % (contre 5 % auparavant).
De notre côté, nous pensons que ces meilleures ventes s’accompagneront d’une hausse de rentabilité et relevons notre prévision de bénéfice par action à 5,55 EUR pour 2006 (contre 5,05 auparavant) et tablons sur 6,20 EUR pour 2007.
Pour l’avenir, Schneider poursuit son déploiement géographique et souhaite porter la part de son chiffre d’affaires réalisée dans les pays émergents, très dynamiques, à 40 % (contre 30 % en 2005 et 18 % en 2001), en passant notamment par des acquisitions ciblées. L’expérience de la nouvelle direction (notamment en Chine) devrait l’aider à mener à bien cette stratégie offensive.

Cours au moment de l'analyse : 92,50 EUR

Depuis notre premier conseil d’achat en janvier 2005, le cours de Schneider (en gras, base 100) a fait bien mieux que la moyenne des grandes actions européennes (DJ Stoxx 50, trait fin). A ce niveau, l’action n’est pas loin d’être chère.

Schneider est un groupe français actif dans les prouits utilisés pour la distribution électrique (62 % du chiffre d’affaires), les automatismes et le contrôle (19 %), etc. présent en Europe (48 % des revenus), en Amérique du Nord (26 %), en Asie Pacifique (18 %)...

 

Partagez cet article