Analyse
Siemens il y a 11 ans - mercredi 21 juin 2006

L’allemand franchit une nouvelle étape intéressante dans sa restructuration, mais n’est pas sorti du bois.

Partage ses télécom avec Nokia

L’allemand franchit une nouvelle étape intéressante dans sa restructuration, mais n’est pas sorti du bois. L’action est toujours chère.
VENDEZ.

Siemens continue de se séparer d’activités en perte ou ne cadrant plus avec sa stratégie. Il est à présent sur le point de fusionner la majeure partie de ses activités d’équipements télécom avec les activités correspondantes du spécialiste finlandais du téléphone portable : Nokia. Une bonne idée, selon nous. Car d’une part l’avenir de cette division était peu engageant : taille insuffisante, perspectives sectorielles mitigées, pression sur les prix engendrée par poussée de la concurrence asiatique. Et d’autre part, les termes de l’opération semblent favorables : Siemens détiendra 50 % de la nouvelle entité, alors que son bénéfice opérationnel pour l’activité concernée est deux fois moins important que celui de cette activité chez Nokia. Enfin, la fusion permettra des économies de coûts. Siemens estime (de manière un peu trop optimiste selon nous) qu’elles atteindront progressivement 0,85 EUR par action par an d’ici à 2010, grâce e.a. à des suppressions d’emplois (10 à 15 %). Quoi qu'il en soit, la mesure devrait être favorable à l’avenir de Siemens, mais il lui reste encore à restructurer l’activité de services informatiques !
Nous tablons sur un bénéfice par action de 4,00 EUR pour l’exercice en cours (clôture le 30/09) et de 4,85 EUR pour le suivant.

Cours au moment de l'analyse : 68,10 EUR

Le conglomérat industriel allemand Siemens est actif dans l’automatisation, les équipements électriques, médicaux, de communications, etc. Il réalise 54 % de son chiffre d’affaires en Europe, 25 % en Amérique et 13 % en Asie.

Partagez cet article