Analyse
Aviva il y a 11 ans - lundi 17 juillet 2006

Le britannique rachète la petite compagnie américaine AmerUS, à un prix correct. Cela ne modifie guère son profil : il reste une proie potentielle.

Acquisition à l’étranger

Le britannique rachète la petite compagnie américaine AmerUS, à un prix correct. Cela ne modifie guère son profil : il reste une proie potentielle. Titre bon marché.
ACHETEZ.

Après l'échec du rachat de Prudential, Aviva doit viser une ou plusieurs acquisitions à l'étranger, s’il veut stimuler ses profits, en en augmentant la contribution de l'étranger. Mais les candidats aussi intéressants que Prudential en termes de complémentarité géographique hors du Royaume-Uni étant rares, il se rabat sur des opportunités de plus petite taille. Avec
AmerUS, il fait un petit pas aux USA, essentiellement sur le segment de l’assurance-vie et de l’épargne à long terme. Mais l’opération reste bien modeste. Pour la suite, il devrait donc, selon nous, se montrer plus ambitieux. S’il ne le fait pas, il restera une cible potentielle, d'autant que son action est bon marché. Mais une telle issue pourrait être tout aussi intéressante pour l'actionnaire.
Pour récolter du cash nécessaire à l’opération, Aviva lance une augmentation de capital (réservée aux institutionnels). Le nombre d’actions augmentera dès lors et le bénéfice par action 2006 sera dilué : nous tablons à présent sur 78,49 p. (contre 80,26 auparavant). En 2007, l’impact sur le bénéfice sera encore négatif : nous prévoyons 84,08 p. (contre 86,39 auparavant). En 2008, l’impact devrait être légèrement positif.

Cours au moment de l'analyse : 695,00 pence

Partagez cet article