Analyse
Casino il y a 11 ans - jeudi 13 juillet 2006

Après la décevante année 2005, des mesures drastiques s’imposaient.

Vente d’activités non stratégiques

Après la décevante année 2005, des mesures drastiques s’imposaient. Mais suite à la récente hausse de cours, l’action est devenue chère. Nous changeons de conseil.
VENDEZ.

Les temps sont durs pour le distributeur. En France (70 % du chiffre d’affaires), les marges sont sous pression et aux Pays-Bas, Laurus (détenu à 45 %), est toujours en perte. Casino se sépare dès lors d’activités non stratégiques (pour 2 milliards d’euros d’ici fin 2007). C’est déjà chose faite pour sa participation dans Feu Vert (équipements auto) et dans GMB (Cora et Match) ainsi que pour une partie de sa filiale immobilière Mercialys; aux Pays-Bas, Laurus a vendu ses chaînes Edah et Konmar. Casino vient aussi d’annoncer la vente des magasins polonais (hypermarchés Géant à Metro et magasins discount Leader Price à Tesco) et d’une partie de ses avoirs immobiliers à GE Real Estate. Les candidats suivants sont les cafétérias et peut-être la participation de 56,5 % dans la chaîne américaine Smart & Final. Par ailleurs, le groupe veut se développer en France dans les magasins discounts et supérettes, dans lesquels il est déjà bien assis; à l’étranger, il souhaite accélérer son expansion sur des marchés à fort potentiel d’Amérique latine (Brésil, Colombie) et d’Asie du sud-est (Thaïlande, Vietnam). Enfin, la dette sera résorbée et des mesures sont prévues pour redresser la rentabilité. Nous prévoyons un bénéfice par action 2006 de 4,75 EUR et de 4,92 EUR en 2007.

Cours au moment de l'analyse : 63,15 EUR

Casino est le cinquième distributeur français (hypermarchés, supermarchés, etc. cafeterias, vente par Internet). Il est aussi présent aux USA, aux Pays-Bas, en Amérique Latine, en Asie et dans l'Océan Indien.

Partagez cet article