Analyse
Nouvelles en bref il y a 11 ans - vendredi 11 août 2006

Que s'est-il passé du 4 au 10 août ? Quelques nouvelles à propos de quelques actions.

Variations des cours et indices entre le 4 et le 10 août 2006 en devise locale

A l’instar de la météo, une semaine maussade pour les Bourses. Les craintes inflationnistes persistent avec de nouvelles tensions sur les prix pétroliers, suite à la suspension de la production d’un important gisement américain de BP (due à des problèmes de corrosion des oléoducs-voyez par ailleurs notre analyse sur BP ).
Dans ce contexte, le statu quo sur les taux d’intérêt américains décidé par la Federal Reserve (Banque Centrale américaine) n’a pas rassuré. Et cela d’autant plus que certains observateurs se mettent à craindre une récession de la première économie mondiale, en lieu et place d’un atterrissage en douceur.
Enfin, les craintes d’un renouveau du terrorisme ont également pesé après le démantèlement d’un réseau en Grande-Bretagne projetant des attentats aériens. Dans ce contexte, les publications de résultats sont passées quelque peu en arrière-plan, malgré quelques belles performances, notamment aux Etats-Unis (Disney, Cisco). L’avertissement sur bénéfice de Deutsche Telekom (voyez notre analyse ) a impacté d’autres valeurs du secteur en Europe comme France Telecom (15,97 EUR ; -3,3% sur 4 jours), Telefonica (13,12 EUR ; -2%) ou encore Belgacom (26,32 EUR ; -2,3%). Nous sommes d’avis que le secteur est exagérément pénalisé pour l’instant : vous pouvez acheter notamment France Telecom et Telefonica et conserver Belgacom. Sur quatre jours, le DJ Stoxx 50 européen a abandonné 1% tandis que le S&P 500 américain se repliait tout comme le Bel 20 de 0,6%. On le voit bien : sur les Bourses, malgré des inquiétudes persistantes, l’heure n’en est pas à la panique pour autant.    

EN BREF

· L’activité de Adidas (36,29 EUR ; +1,3%) a bel et bien profité de l’effet coupe du monde de football. Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires a crû de 20% sur une base comparable. Le bénéfice par action comparable s’est par contre inscrit en retrait de 20% du fait des importants coûts marketing consentis et de la poursuite de l’intégration de Reebok. Nous abaissons nos prévisions qui étaient optimistes : bénéfice de 2,4 EUR par action pour 2006 et 3 EUR pour 2007 (contre 2,62 EUR et 3,3 EUR auparavant). Action chère. Vendez.  
· La baisse de 15% du bénéfice par action au deuxième trimestre du néerlandais Aegon (13,45 EUR ; -1,1%) est un trompe-l’oeil, du fait d’une plus-value enregistrée l’année dernière. Plus significatif, le bénéfice opérationnel gagne 43%, ce qui est plus qu’attendu. Nous comptions néanmoins parmi les plus optimistes et réduisons quelque peu nos prévisions bénéficiaires à 1,42 EUR et 1,48 EUR par action pour 2006 et 2007 (contre respectivement 1,5 EUR et 1,62 EUR auparavant). L’action reste bon marché et à l’achat.
· Cisco (19,56 USD ; +13,5%), l’ex-égérie de la nouvelle économie et producteur d’équipements pour réseaux informatiques, redresse la tête avec, pour le quatrième trimestre de l’exercice 2005/06, un bénéfice par action en hausse de 0,01 USD à 0,25 USD et ce, malgré 0,03 USD de charges liées à la comptabilisation des coûts de stock options. Surtout, le management relève ses prévisions de chiffre d’affaires à 10-15% pour l’exercice en cours. Nous relevons également nos prévisions mais le cours s’est ajusté directement. Il reste trop cher, selon nous. Vendez.  
· Plongeon du cours de l’action Commerzbank (26,22 EUR ; -6,9%). La banque allemande a fait état d’un bénéfice par action semestriel en hausse de 62%, grâce à son pôle de banque d’affaires. Mais la Bourse s’attendait à encore mieux : la déception s’est centrée sur les prêts aux PME, un secteur jugé important pour la croissance future. Limitez-vous à conserver cette action correctement évaluée.  
· Malgré la hausse des prix des matières premières, la direction de GM (30,61 USD ; -1,5%) a fait savoir que son programme de réductions des coûts restait d’actualité. Rassurant dans le contexte du redressement en cours du groupe. Achetez cette action bon marché mais soyez conscient de son risque élevé  
· Le géant de l’informatique IBM (75,74 USD ; -0,2%) poursuit sa stratégie d’acquisitions dans les logiciels en achetant FileNet (gestion de documents numériques). Bien vu, selon nous. Conservez cette action correctement évaluée.  
· Fort de la solidité de ses activités d’assurance, le néerlandais ING (32,31 EUR ; -0,8%) a publié des chiffres meilleurs qu’attendus au titre du deuxième trimestre avec un bénéfice par action en hausse de 29%. Nous relevons nos prévisions bénéficiaires à 3,59 EUR et 3,7 EUR par action pour 2006 et 2007 (contre respectivement 3,46 EUR et 3,59 EUR auparavant). L’action reste bon marché. Achetez. 
· La pression des produits génériques est désormais très forte sur Sanofi-Aventis (67,80 EUR ; -4,6%). Sandoz, la filiale générique de Novartis vient de demander aux USA l'autorisation de commercialiser une copie du Lovenox (2ème médicament du groupe Sanofi). Apotex vient pour sa part de lancer la commercialisation de sa version générique du Plavix (1er médicament du groupe français) bien que la justice puisse éventuellement le condamner pour violation de brevet. Sanofi-Aventis semble avoir fait preuve de crédulité à ce sujet. L'action est chère. Vendez.

Partagez cet article