Analyse
Delhaize il y a 11 ans - lundi 25 septembre 2006

La rumeur évoque la reprise par Delhaize du quatrième distributeur mondial Ahold.

Mariage avec Ahold ?

La rumeur évoque la reprise par Delhaize du quatrième distributeur mondial Ahold. Un bien trop gros morceau, à notre avis. Mais l’acquisition de certains actifs n’est pas à exclure. Titre correctement évalué.
CONSERVEZ.

Delhaize a beau vouloir compléter son réseau, de là à le voir absorber Ahold, nous n’y croyons pas. Certes l’union offrirait un avantage géographique séduisant aux USA, où chacun réalise plus de 70 % de ses ventes : Delhaize est surtout présent au sud-est et Ahold uniquement au nord-est. Mais Delhaize n’a pas les moyens de s’offrir un groupe deux fois plus lourd que lui en termes de capitalisation boursière et qui, malgré sa piètre rentabilité, est mieux valorisé. Vu les limites de sa capacité d’endettement, Delhaize devrait émettre des actions pour financer l’opération, ce qui diluerait le profit de ses actionnaires. Et que ferait-il de US Foodservice (distribution alimentaire aux collectivités) qui assure à Ahold 1/3 de son chiffre d’affaires ? Enfin, Delhaize sort à peine de la restructuration de sa chaîne Food Lion aux USA et n’a pas achevé la conversion des magasins Kash n’ Karry’s en Sweetbay. Relancer les enseignes américaines de Ahold, 1,35 fois plus lourdes que les siennes en termes de chiffre d’affaires, risquerait alors d'être assez lourd ? Conservez tout de même Ahold (8,23 EUR) pour spéculer sur sa reprise (par un ou plusieurs autres acteurs) ou sur son démantèlement.

Cours au moment de l'analyse : 63,55 EUR

Le distributeur belge Delhaize exploite plus de 2 600 magasins dans 8 pays : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Grèce, Tchèquie, Roumanie, Indonésie et enfin les USA qui assurent plus de 70 % du chiffre d’affaires.

Si la progression du cours de Delhaize (en EUR, en gras, échelle de gauche) est due à une véritable amélioration de ses résultats, celle d’Ahold
(en EUR, trait fin, échelle de droite) tient beaucoup plus de la spéculation.

Partagez cet article