Analyse
Nouvelles en bref il y a 10 ans - dimanche 8 octobre 2006

Que s'est-il passé du 2 au 6 octobre 2006 ? Quelques nouvelles à propos de quelques actions.

Variations de cours entre le 2 et le 6 octobre 2006 en devise locale

CORUS (+24 %; 481,00 p.) • Conservez
Le sidérurgiste britannique, qui a toujours laissé la porte ouverte à son rachat par un tiers, pourrait faire l’objet d’une offre de la part du sidérurgiste indien Tata Steel, même s’il constitue pour ce concurrent un gros morceau à avaler.
S'il y a offre, ce sera sans doute, selon nous, en liquide et non par échange d’actions.

GENERAL MOTORS (-6,6 %; 31,05 USD) • Achetez à titre spéculatif
Le groupe pense pouvoir se redresser seul et jette l'éponge dans le dossier de rapprochement avec Renault. Le représentant de l'actionnaire à l’origine de l’affaire s’est retiré du conseil d’administration, ce qui a fait chuter le cours.
Pour Renault (-0,4 %; 90,10 EUR), c'est une bonne nouvelle : il ne court plus de risque de négliger son redressement en gaspillant ses énergies dans une telle alliance. Moins risqué que General Motors, le titre Renault est conseillé à l’achat.

NATIONAL GRID (+2,7 %; 685,50 p.) • Achetez
Le groupe britannique de transport d’électricité et de gaz prévoit une forte hausse de ses bénéfices pour le premier semestre de son exercice 2006/07 (clôture annuelle le 31/03).
De notre côté, nous maintenons nos prévisions.

SOLVAY (-1,8 %; 100,20 EUR) • Vendez
Le groupe a fait part de l’efficacité du Biféprunox (médicament contre la schizophrénie), pour lequel il compte demander l’homologation aux USA. Pour ses résultats 2006, confiant, il compte sur l’amélioration de la rentabilité de sa division pharmaceutique (comme prévu) ainsi que sur la hausse des prix du PVC. Mais l’action est chère.

SUEZ (-1,4 %; 34,19 EUR) • Conservez
Le groupe a fait de substantielles concessions pour obtenir la bénédiction des autorités belges à sa fusion avec Gaz de France. Néanmoins, l'impact financier sera quasi neutre et l'intérêt stratégique de cette fusion n'est nullement remis en cause. Suez cédera entre autres une partie de sa production électrique en Belgique à d'autres acteurs (SPE et un groupe étranger à déterminer). Il s'engage en outre, pour une période donnée, à ne pas augmenter les tarifs aux clients résidentiels.

Partagez cet article