Analyse
Schneider il y a 11 ans - lundi 6 novembre 2006

Le français se lance dans une OPA risquée. Dubitatifs, nous relevons le niveau de risque du titre.

OPA sur l’américain APC

Le français se lance dans une OPA risquée. Dubitatifs, nous relevons le niveau de risque du titre. Mais celui-ci reste correctement évalué.
CONSERVEZ.

Schneider rompt avec sa politique d’acquisitions prudentes : il lance sur American Power Conversion (APC), le leader des systèmes permettant de faire face aux coupures de courants, une offre d’achat dépassant de 30 % le cours de Bourse. Une opération, à finaliser début 2007 et qui ne nous convainc guère. Certes, stratégiquement, elle est intéressante : elle permettra à Schneider de se renforcer dans le segment le plus dynamique de la distribution électrique (7 à 8 % de croissance par an) et les deux groupes s’avèrent complémentaires, tant du point de vue géographique que des produits proposés. Mais le prix offert, à financer en partie par augmentation de capital (1,2 milliards d’euros), nous semble très élevé. L’acquisition ne contribuera pas au bénéfice par action avant 2008 selon nous. De plus, APC est en proie à des problèmes de rentabilité et réalise plus de 50 % de ses revenus aux USA, où l’économie montre des signes d’essoufflement. Enfin Schneider n’a qu’une expérience limitée dans l’intégration d’acquisitions majeures. Nous relevons dès lors le niveau de risque de l’action à 3 et tablons sur un bénéfice par action de 6,30 EUR pour 2007 (contre 6,45 auparavant) et de 7,05 EUR pour 2008 (contre 7,00).

Cours au moment de l'analyse : 86,40 EUR

Schneider est un groupe français actif dans la distribution électrique (62 % du chiffre d’affaires), les automatismes et le contrôle (19 %); présent en Europe (48 % des revenus), Amérique du Nord (26 %), Asie Pacifique (18 %) etc.

Partagez cet article