Analyse
Delhaize il y a 10 ans - vendredi 30 mars 2007

Les affaires tournent toujours bien et les objectifs, bien qu’ ambitieux,sont parfaitement accessibles selon nous.

Vente de la filiale de drogueries Di

Les affaires tournent toujours bien et les objectifs, bien qu’ambitieux, sont parfaitement accessibles selon nous. Le titre est à la limite d’être cher, mais compte tenu d’un possible mouvement de consolidation dans le secteur, il peut rester en portefeuille.
CONSERVEZ.

Bien que le chiffre d’affaires 2006 gagne 4,8 %, le bénéfice perd 3,6 %, a 3,71 EUR par action (un peu plus faible que nos attentes). Mais ce recul est dû à un élément non récurrent : une perte de valeur liée à la cession des activités tchèques. Sans cela, le bénéfice gagne 12 %. Le dividende prend quant à lui 10 % à 0,99 EUR net.
Pour 2007, le groupe reste optimiste. Il prévoit l’ouverture d’une centaine de points de vente et recherche de petites acquisitions susceptibles de lui fournir de l’expertise dans un domaine ou un ticket d’entrée à l’un ou l’autre marché. En ce qui concerne sa possible fusion avec le distributeur néerlandais Ahold, Delhaize laisse ses actionnaires dans l’ignorance. Toutefois, il a annoncé la vente de ses 132 drogueries Di. La cession dégagera une petite plus-value mais l’absence de la filiale aura peu d’influence sur le résultat.
Pour l’ensemble de 2007, Delhaize mise sur une progression du chiffre d’affaires de 4 à 5,5 % et sur une hausse des profits de 8 à 12 %. Nous maintenons nos prévisions de bénéfice par action 2007 à 4,78 EUR. Pour 2008, nous tablons sur 5,07 EUR (contre 5,09 auparavant).

Cours au moment de l'anayse : 68,92 EUR

Le distributeur belge Delhaize exploite plus de 2 600 magasins dans 8 pays : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Grèce, Roumanie, Indonésie et enfin les USA qui assurent plus de 70 % du chiffre d’affaires.

Partagez cet article