Analyse
Delhaize il y a 10 ans - jeudi 10 mai 2007

ALors que le mystère persiste quant à une éventuelle fusion avec Ahold, l’activité se porte bien et le titre bénéficie d’un aspect spéculatif.

Solide premier trimestre

Alors que le mystère persiste quant à une éventuelle fusion avec Ahold, l’activité se porte bien. Le titre bénéficiant d’un aspect spéculatif, ne le vendez pas, bien qu’il soit cher.
CONSERVEZ.

Au 1er trimestre, le chiffre d’affaires a souffert de la faiblesse du dollar (plus de 70 % des ventes aux USA) et perdu 0,5 % (hors effets de change : + 5,9 %). Mais ce recul ayant été compensé par la stricte gestion des coûts, la marge opérationnelle a un peu progressé. La charge d’intérêts s’étant quant à elle allégée (grâce aux remboursements de dettes consentis en 2006 et à la faiblesse du dollar) et le taux de taxation profitant d’un recul (non récurrent), le bénéfice a finalement gagné 14,5 % (1,16 EUR par action). De belles hausses du chiffre d’affaires sont à noter : en Grèce (5,8 % du chiffre d’affaires total), il a gagné 15,3 %; aux USA, il a pris 4,1 % (base comparable). En revanche, la Belgique (22,5 % du chiffre d’affaires), ne confirme pas la tendance positive des trimestres précédents (+2 %) et a notamment souffert de la concurrence des «discounters» (Aldi, Lidl) qui proposent de plus en plus de produits frais et de marques nationales. Bien que ce résultat trimestriel dépasse les attentes, le groupe ne relève pas ses prévisions pour l’ensemble de 2007. A juste titre selon nous, vu la faiblesse du dollar. Nous maintenons aussi nos prévisions de bénéfice par action à 4,78 EUR pour 2007 et à 5,07 EUR pour 2008.

Cours au moment de l'analyse : 73,38 EUR

Malgré la faiblesse du dollar (trait fin, échelle de droite, en EUR), qui affecte les résultats, le cours (en gras, échelle de gauche, en EUR) ne cesse de grimper depuis la mi-2006.

Le distributeur belge Delhaize exploite plus de 2 600 magasins dans 8 pays : Belgique, Luxembourg, Allemagne, Grèce, Roumanie, Indonésie et enfin les USA, qui assurent plus de 70 % du chiffre d’affaires.

Partagez cet article