Analyse
E.ON il y a 10 ans - vendredi 11 mai 2007

L’offre d’E.ON sur Endesa a avorté, mais le producteur d’énergie allemand recevra en compensation des actifs de qualité à un prix raisonnable et poursuivra sa féconde stratégie d’expansion internationale.

Suite avantageuse à l’OPA manquée

L’offre d’E.ON sur Endesa a avorté, mais le producteur d’énergie allemand recevra en compensation des actifs de qualité à un prix raisonnable et poursuivra sa féconde stratégie d’expansion internationale.
Titre correctement évalué.
CONSERVEZ.

Au premier trimestre, le résultat opérationnel a gagné 21 %, soit plus que nos attentes, en dépit d’une réglementation plus sévère en Allemagne et de la douceur de l’hiver (moins bonnes ventes d’électricité et de gaz). A noter, de bonnes performances en dehors de l’Allemagne, comme au Royaume-Uni, où E.ON a pu s’approvisionner en gaz de manière bien moins onéreuse qu’au 1er trimestre 2006. Pour l’ensemble de 2007, le groupe tablant comme nous sur une hausse de 10 % du résultat opérationnel, nous maintenons nos prévisions de bénéfice par action (hors éléments non récurrents) à 8 EUR pour 2007 et 8,5 EUR pour 2008. Concernant l’OPA avortée d’E.ON sur l’espagnol Endesa, il ne s’agit pas d’un réel échec. Car E.ON a négocié avec Enel et Acciona (qui sont en passe de mettre la main sur Endesa) la récupération d’actifs de qualité pour ±10 milliards d’euros, principalement en Espagne, Italie et France. Il renforce ainsi ses positions dans ces pays et favorise son futur essor. Par ailleurs, le groupe devrait décider sous peu de l’usage qu’il fera de ses copieuses liquidités : nouvelles acquisitions et/ou distribution aux actionnaires.

Cours au moment de l'analyse : 109,25 EUR

Actif à la fois dans l’électricité et le gaz, E.ON occupe en Allemagne une position de leader, devant RWE. Il est le deuxième producteur d’électricité au Royaume-Uni et est aussi bien implanté aux Pays-Bas, en Scandinavie, en Suisse et en Autriche. En termes de capitalisation boursière, il est actuellement le n°2 mondial du secteur des services aux collectivités, derrière le français EDF.

 

Partagez cet article