Analyse
General Motors il y a 9 ans - vendredi 25 janvier 2008

La restructuration fournit de réelles avancées mais de nouvelles contrariétés surgissant, nos prévisions de perte s’alourdissent.

Vent de face

La restructuration fournit de réelles avancées mais de nouvelles contrariétés surgissant, nos prévisions de perte s’alourdissent.
Titre correctement évalué.
CONSERVEZ.

En 2007, les volumes vendus ont grimpé de 3 %. Comme chez les concurrents, c’est grâce à l’Amérique du Sud et à l’Asie. Car en Amérique du Nord, premier marché du groupe, elles ont perdu 6,1 % (la clientèle dédaigne de plus en plus les gros modèles au profit de gammes moyennes de 4x4 et autres pick-ups, point fort des concurrents japonais). Certes, le groupe réoriente sa gamme, mais le mouvement est lent; et si ses nouveaux modèles semblent jusqu‘ici bien accueillis, la tendance reste à confirmer. En outre General Motors affronte un nouveau souci : sa filiale GMAC, (financement voitures, prêts hypothécaires) devrait afficher un résultat moins bon que prévu et connaître des prochains trimestres difficiles (hausse attendue des défauts de remboursement, crainte de récession qui limitera les demandes de crédit). Le groupe passe dès lors à la deuxième phase de son plan de baisse des coûts, via des incitations du personnel au départ volontaire (les effets de la première sont attendus dans 18 à 24 mois). Au vu de la dégradation de l’environnement, nous tablons sur une perte par action (hors éléments non récurrents) de 2 USD pour 2007 (contre -1 USD auparavant) et de 1 USD en 2008 (contre -0,50).

Cours au moment de l'analyse : 25,62 USD

General Motors est le premier constructeur automobile au monde. Il produit les marques Opel, Saab, Cadillac, Chevrolet etc.. et réalise 56 % de son activité en Amérique du Nord.

Partagez cet article