Analyse
General Motors il y a 8 ans - vendredi 28 novembre 2008

Peut-être l’Etat américain sauvera-t-il le groupe de la faillite.

Au bord du précipice

Peut-être l’Etat américain sauvera-t-il le groupe de la faillite. Mais nous ne prenons pas pour autant le risque d’encore miser sur cette action chère. VENDEZ.

De jour en jour, le constructeur américain s’enfonce davantage. Au 2e trimestre, ses pertes ont été colossales. Au 3e trimestre, ses volumes vendus ont encore perdu 11 % et ses réductions de coûts n’ont pas suffi pour éviter de nouvelles pertes. La trésorerie est ainsi dans une situation de plus en plus périlleuse et la direction admet que, malgré le renforcement des mesures d’austérité, l’activité ne générera pas assez de liquidités pour honorer ses engagements envers ses fournisseurs et ses banquiers. Seule une reprise du marché automobile pourrait sauver les meubles ! Mais un peu partout, c’est l’inverse qui est prévu : à court terme, les perspectives de vente de voitures sont très moroses. La menace de faillite s’intensifie donc et les solutions possibles sont peu nombreuses. Une augmentation de capital semble exclue (vu la faiblesse du cours) et un appel à des nouveaux crédits serait trop coûteux. Le groupe n’a dès lors d’autre choix que d’implorer l’aide de l’Etat américain, lequel réclame en échange un plan de restructuration crédible. S’il injecte malgré tout de nouvelles liquidités, reste à voir si cela permettra vraiment d’éviter la faillite. De notre côté, compte tenu de l’échec des nombreuses précédentes restructurations, nous restons méfiants.

Cours au moment de l'analyse : 4,81 USD

General Motors est le premier constructeur automobile au monde. Il produit les marques Opel, Saab, Cadillac, Chevrolet etc.. et réalise 56 % de son activité en Amérique du Nord.

 

Partagez cet article