Analyse
Deutsche Bank il y a 8 ans - jeudi 2 avril 2009

Malgré la confiance de la direction, nous ne changeons rien à nos prévisions.

Un peu trop optimiste à notre goût

Malgré la confiance de la direction, nous ne changeons rien à nos prévisions. Titre correctement évalué.
CONSERVEZ.

La Deutsche Bank affirme que le début de 2009 se passe bien. Une position rejoignant celle d’autres grandes banques, mais à appréhender avec prudence. Certes, l’activité fixed income (sur les taux, les devises…) semble mieux se porter que fin 2008 et le volume des commissions (e.a. sur les obligations) atteindra un bon niveau. Mais ces revenus restent très volatils et risquent bien de reculer ces prochains mois. De plus, le groupe est toujours très exposé aux rehausseurs de crédit dont la situation ne semble pas s’améliorer. Pour le trimestre en cours, il faudra donc encore inscrire des dépréciations sur les actifs toxiques ainsi que des provisions pour les défauts de remboursement de crédit (nous les estimons à 1,6 milliard pour l’ensemble de 2009, bien que le groupe annonce 1,1 milliard). Deutsche Bank se réoriente vers la banque universelle (moins risquée) en augmentant progressivement sa participation dans Postbank (banque de détail). Malgré cela, sa banque d’investissement , reste au centre de sa stratégie. Elle est certes moins touchée que chez UBS ou Crédit Suisse et n’a pas forcé jusqu’ici le groupe à faire appel à l’aide de l’Etat. Mais il est encore trop tôt pour savoir si elle gagnera des parts de marché. Nous maintenons notre prévision de bénéfice par action 2009 à 2,70 EUR.

Cours au moment de l'analyse : 31,24 EUR

Première banque privée allemande, la Deutsche Bank cherche à faire partie des plus grandes banques d'investissement mondiales. En Allemagne, elle cherche à se renforcer en banque de détail.

Partagez cet article