Analyse
Vivendi il y a 7 ans - lundi 16 novembre 2009

Vivendi va s’offrir l’opérateur brésilien GVT. Mais Vivendi n’a-t-il pas les yeux plus gros que le ventre ? Nous relevons le niveau de risque et changeons de conseil.

Changement de conseil

Vivendi va s’offrir l’opérateur brésilien GVT. Mais Vivendi n’a-t-il pas les yeux plus gros que le ventre ? Nous relevons le niveau de risque et changeons de conseil. N’achetez plus.
CONSERVEZ.

Vivendi a gagné la partie contre Telefonica : il lance une offre publique pour acquérir totalement l’opérateur télécom brésilien GVT, dont il vient déjà d’acquérir plus de 50 %, et se renforcer ainsi dans les pays émergents. Certes, Vivendi résiste bien à la crise (profite de consommateurs casaniers, amateurs de jeux vidéo, de tv payante); sur les 9 premiers mois de 2009, son bénéfice par action est resté stable (hors éléments non récurrents). Mais son potentiel est limité sur divers marchés matures (téléphonie, édition musicale, tv payante). A l’inverse, GVT a un gros potentiel (Brésil en plein essor). Mais Vivendi n’a-t-il pas les yeux plus gros que le ventre ? Pour gagner la partie, il a dû relever son offre d’1/3. Certes, avec la vente probable de sa participation dans NBC Universal (± 4 milliards d’euros), cette acquisition qui coûtera au total 2,8 milliards max. ne menace pas sa santé financière ni le dividende (rendement actuel de ±7 % brut). Mais on ne peut exclure d’autres opérations, à un prix assez élevé et nécessitant ainsi une intégration parfaite pour être rentables. C’est pourquoi nous nous montrons plus prudents, bien que maintenant nos prévisions de bénéfice par action à 2 EUR pour 2009 et 2,30 EUR pour 2010.

Cours au moment de l'analyse : 19,81 EUR

Vivendi est un groupe français actif dans les télécoms (SFR, Telecom Maroc), la musique, la télévision et les jeux vidéo.

Partagez cet article