Analyse
E.ON il y a 7 ans - vendredi 18 juin 2010

Changement de conseil

Changement de conseil

Même si les résultats ont effectivement baissé en 2009, le titre reste exagérément sanctionné selon nous. Avec la récente chute du cours, l'action redevient bon marché.
ACHETEZ.

Les économies de coûts et une meilleure gestion de la trésorerie permettent à E.ON de générer davantage de liquidités. Quant aux perspectives à plus long terme, la nouvelle direction souhaite améliorer le retour sur investissements sur les activités clés du groupe (électricité et gaz). De quoi laisser présager de nouvelles cessions non stratégiques, susceptibles de réduire le poids élevé de la dette. Dans le nucléaire, les choses semblent plus compliquées car l'Allemagne, le marché domestique d'E.ON, pourrait allonger la durée de vie des centrales nucléaires, ce qui se traduirait pour les opérateurs (RWE et E.ON) par des taxes supplémentaires. Même si les marges opérationnelles de l'activité nucléaire risquent d'en pâtir à court terme, cela reste préférable selon nous à de lourds investissements pour la construction de nouvelles centrales (et donc à un accroissement de l'endettement). Pas de quoi toutefois remettre en cause le généreux dividende (rendement brut de plus de 6 % en 2010). Face à la lente reprise des cours du gaz, nous abaissons légèrement nos prévisions de bénéfice par action, de 4,64 EUR à 4,19 EUR pour 2010 et de 5 EUR à 4,46 EUR pour 2011.

Cours au moment de l'analyse : 24,30 EUR

Groupe allemand, numéro un mondial dans les services aux collectivités.  Actif à la fois dans l'électricité et le gaz ainsi que dans le nucléaire, Il est le deuxième producteur d’électricité au Royaume-Uni et est aussi bien implanté aux Pays-Bas, en Scandinavie, en Suisse et en Russie.

Partagez cet article