Analyse
Prudential il y a 7 ans - lundi 7 juin 2010

L’annulation du rachat de AIA a beau être une bonne nouvelle pour l’actionnaire, le groupe ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé et doit à présent exposer clairement ses intentions.

Et maintenant ?

L’annulation du rachat de AIA a beau être une bonne nouvelle pour l’actionnaire, le groupe ne peut pas faire comme si rien ne s’était passé et doit à présent exposer clairement ses intentions.
Le titre s’est redressé mais reste correctement évalué.
CONSERVEZ.

Les gros actionnaires de Prudential ont estimé que le rachat prévu des actifs asiatiques d’AIG (AIA) était trop cher et trop compliqué à gérer et ont ainsi rejoint nos propres critiques. C’est une bonne nouvelle pour l’avenir du groupe, mais la tentative aura néanmoins eu un coût : honoraires des conseillers, couvertures de change, dédommagements….. Il amputera le résultat 2010 de 450 millions de livres, un montant très élevé correspondant à 18 pence par action et à 25 % du bénéfice opérationnel 2009.
A présent, il faut que la direction du groupe récupère la confiance de ses (gros) actionnaires, en expliquant notamment de manière très claire ses choix stratégiques. Car si elle avait jugé utile de se lancer dans une telle opération de croissance, c’est parce que sa stratégie n’était plus jugée pertinente.
L’assureur n’est cependant pas à l’agonie. Ses résultats de début d’année sont satisfaisants et sa santé financière reste bonne.
Le titre est en outre devenu un peu moins risqué (notre indicateur de risque passe de 5 à 4)

Cours au moment de l'analyse : 556,00 pence

Prudential est un assureur anglais spécialisé en assurance-vie et en gestion d’actifs. Il est présent en Europe, aux Etats-Unis, ainsi qu’en Asie, son axe principal de développement (22 % de ses profits avant impôts et 47 % des nouveaux contrats).

Partagez cet article