Analyse
La semaine en Bourse il y a 7 ans - lundi 4 octobre 2010

Après avoir été mises entre parenthèses, les interrogations des marchés sur l’avenir de la reprise économique ont refait surface la semaine passée. Elles ont dominé les échanges et mis fin au rallye boursier de septembre.

La primauté des indicateurs économiques sur les résultats des entreprises a déterminé l’orientation des Bourses qui, loin d’être chères, n’en sont pas pour autant largement bon marché.

 

Aux Etats-Unis, les marchés ont limité la casse, avec un recul de 0,2 % pour le S&P 500.

 

En Europe, le Stoxx Europe 50 a cédé 2,3 %, Paris, Madrid et Bruxelles perdant respectivement 2,4 %, 2,6 % et 0,8 %. Outre les questions sur l’économie, les valeurs européennes ont été victimes des interrogations des investisseurs sur le coût du sauvetage de la banque irlandaise Anglo Irish Bank. Des craintes qui ont pesé sur les banques en périphérie de l’Europe, comme les espagnoles Santander (-4,6 %, conservez) et BBVA (-5,4 %), l’italienne Banco Popolare (-7,3 %) et la grecque National Bank of Greece (-10 %). Allied Irish Banks (vendez) a perdu 11,6 %.

 

Quelques mauvaises nouvelles pour des poids lourds de la cote ont aussi retenu l’attention. Dans la distribution, le suédois H&M (-6,5 %) a annoncé des résultats décevants pour le 3ème trimestre. Le secteur de la distribution en a fait les frais (-1,8 %). Le français Michelin (-14,8 %, vendez) a surpris les marchés en annonçant une augmentation de capital. Ses concurrents Pirelli (-0,4 %, conservez) et Continental (+1,5 %) sont restés de marbre.

Partagez cet article