Analyse
Allied Irish Banks est en très mauvaise posture il y a 6 ans - jeudi 25 novembre 2010

A court de cash, Allied Irish Banks passera sous le contrôle de l’Etat. La banque évite ainsi la faillite mais entame une traversée du désert.

Titre cher. Nous ne le suivrons plus.
Vendez.

 

En aout, nous épinglions la fragilité d’Allied Irish Banks. Une situation qui a évolué vers une grave crise de confiance, matérialisée par de grosses sorties de cash (les clients institutionnels et d’entreprises ont retiré 13 milliards d’euros depuis janvier). Pour l’heure, la banque ne survit que grâce aux capitaux publics et doit de surcroît avaler la potion amère que le gouvernement irlandais impose à ses banques, modifiant ainsi en profondeur leur profil et leur potentiel de croissance.

A court de liquidités, Allied Irish Banks se tourne vers l’Etat pour souscrire à une augmentation de capital de 6,6 milliards (contre 5,4 initialement annoncés). La participation de l’Etat sera de plus de 90 %. La banque est aussi contrainte à une cure d’amaigrissement, avec recentrage sur le marché national et de grosses cessions d’actifs (portefeuilles crédits, filiales…), sans doute à des prix bradés, vu la crise. Cela entraînera de nouvelles pertes.

 

Sur le plan opérationnel, l’avenir s’annonce difficile, vu le recentrage sur le marché national : la cure d’austérité que traverse l’Irlande risque de multiplier les défauts de remboursement de crédits.

 

Nous tablons sur des pertes jusqu’au moins 2013. Pas question de dividende dans ce contexte.

 

Cours au moment de l'analyse : 0,33 EUR

 

Allied Irish Bank est la deuxième banque irlandaise, surtout active sur le territoire national, mais aussi au Royaume-Uni, aux USA et en Pologne . La banque de détail génère une grosse partie de son bénéfice.


Partagez cet article