Analyse
Capgemini : la route reste longue il y a 6 ans - vendredi 31 décembre 2010

Le groupe souffre de son manque de présence dans les pays émergents et affiche une rentabilité toujours bien en-deçà de celle des géants du secteur.

L'action est chère.
VENDEZ.

 

S'il a renoué avec une croissance de ses ventes au 3ème trimestre 2010 (+ 2,5 % sur base comparable), Capgemini a aussi fait état de perspectives moins optimistes qu'en juillet dernier, ce que nous avions anticipé. Pour le 2ème semestre 2010, la croissance interne des ventes se situera entre 3,5 et 3,7 % contre une prévision initiale de 3 à 5 %. Le français est à vrai dire pénalisé par sa forte exposition à l'Europe (± 75 % des ventes) dont les économies tournent au ralenti, alors que la reprise dans le secteur a été forte un peu partout ailleurs. Des mesures ont certes été prises ces dernières années et les recrutements dans les pays à faibles coûts de main-d'œuvre ont enfin été accélérés ces derniers mois, mais le groupe reste loin du compte avec 37 % seulement d'effectifs à bas salaire fin septembre. Côté acquisitions, Capgemini cible les pays émergents et les Etats-Unis et a par ex. acquis 55 % du n°1 brésilien des services informatiques CPM Braxis pour 233 millions EUR, un prix correct. Notons que compte tenu de sa taille relativement modeste à l'échelle planétaire, le groupe pourrait lui-même faire l'objet d'une offre, mais nous ne spéculons pas. Nous tablons sur un bénéfice par action de 1,75 EUR pour 2010, 2,3 EUR en 2011 et 2,6 EUR en 2012.
Malgré un parcours boursier peu enthousiasmant ces dernières années, l'action Capgemini (en EUR) reste surévaluée selon nous. Vendez.

 

Cours au moment de l'analyse : 35,63 EUR

  

Le français Capgemini offre à ses clients des services de conseils et d'externalisation d'activités informatiques. Avec environ 60 000 collaborateurs, le groupe est le leader européen et le cinquième acteur mondial du secteur des services informatiques (en termes de chiffre d’affaires).

 

Partagez cet article