Analyse
Pourquoi publier déjà un avertissement sur résultats ? il y a 7 ans - mardi 11 janvier 2011

Ces prochaines semaines, les chiffres pour le quatrième trimestre et l’ensemble de l’année vont bientôt déferler en masse Certaines sociétés n’attendront toutefois pas leur publication pour émettre un avertissement sur résultats.

Réduction des prévisions

Par un avertissement sur résultats, une société indique que ses bénéfices seront inférieurs aux chiffres avancés précédemment ou attendus par les analystes. KBC a par exemple émis la semaine dernière un important avertissement sur résultats (le premier à le faire sur le marché belge cette année). Ses bénéfices pour le quatrième trimestre seront inférieurs aux attentes, en raison de provisions plus élevées, dues à son exposition aux obligations d’Etat irlandaises.

Eviter la spéculation

Les sociétés ont des raisons d’agir ainsi. Elles ne veulent pas donner la possibilité au marché de spéculer trop longtemps à l’avance sur la qualité des chiffres et étouffer dans l’œuf toute incertitude latente qui peut parfois durer plusieurs semaines (les investisseurs n’aiment pas l’incertitude !). Ainsi, KBC ne peut pas se permettre, en ces temps difficiles, que le marché se pose des questions pendant des semaines sur le montant des provisions supplémentaires liées à l’importante exposition à l’Irlande et sur leur impact. Cela pourrait peser plusieurs semaines sur le cours. Un avertissement sur résultats permet le plus souvent d’écourter les souffrances. La baisse est le plus souvent très brutale, mais une fois l’incertitude disparue, il est possible, à la publication des résultats, de mettre à nouveau l’accent sur l’avenir et, éventuellement, les tendances positives des dernières semaines.

Bonne gouvernance

Une société veut aussi se débarrasser le plus vite possible des informations sensibles (pour le cours). Plus celles-ci restent longtemps dans la société, plus il y a de risques que ces informations soit utilisées à des fins malintentionnées. On pourrait aussi considérer que la communication de ces informations relève de la bonne gouvernance. Tous les intéressés doivent à tout moment être tenus informés, surtout si l’information est susceptible d’avoir un impact important.

Si une société communique correctement à intervalles réguliers et donne un fil conducteur, un avertissement sur résultats ne sera dans la plupart des cas pas nécessaire. Si elle reste par contre vague dans ses perspectives et émet des prévisions trop positives à l’adresse du marché et de ses analystes, elle n’aura alors pas d’autre solution, en cas d’évolution défavorable, que d’émettre un avertissement sur résultats. Umicore et Delhaize sont deux exemples de sociétés qui donnent des prévisions relativement précises. Les mauvaises surprises dans leur chef restent donc très rares.

Avertissement positif

Un avertissement sur résultats au sens positif, ou inversé, lorsqu’une société va enregistrer plus de bénéfices qu’estimé ou attendu, est également possible, mais plus rare. Les sociétés préfèrent en effet alors réserver la bonne surprise le jour de la publication, ce qui leur vaut généralement une plus grande récompense en Bourse et une meilleure visibilité dans les médias.

 

Partagez cet article