Analyse
Microsoft vous rendra-t-il aussi riche que Bill Gates ? il y a 7 ans - vendredi 18 février 2011

Microsoft cherche à percer sur le marché des smartphones en s'alliant avec Nokia. L'accord est audacieux, mais ses retombées ne seront pas immédiates. Quelles conclusions en tirer en ce qui concerne l’action Microsoft ?

Prometteur… mais pour combien de temps ?

Jusqu’ici, Microsoft n'est pas parvenu à imposer sa technologie sur le marché des logiciels pour téléphones portables ni à concurrencer Apple ou encore Google et son système d'exploitation Android. Il s’est dès lors tourné vers Nokia et d’ici 18 mois, le célèbre fabricant finlandais de téléphones portables équipera ses smartphones du logiciel WP7 de Microsoft.
Une bonne affaire pour Microsoft ? A priori oui, au vu des volumes vendus dont peut s’enorgueillir Nokia. Mais à plus long terme ? Sur ce marché où l'image de marque du produit prend de plus en plus d'importance et où Nokia est en perte de vitesse dans les smartphones, la tendance va-t-elle rester favorable à l’américain ?

 

Dominant dans les PC

Premier éditeur mondial de logiciels, Microsoft domine le marché des PC depuis les années 80 et y enregistre toujours d’excellentes performances. Son nouveau système d’exploitation Windows 7 est ainsi très bien accueilli par les clients et la dernière version de sa célèbre suite bureautique, Office 2010, connaît également un joli succès. Microsoft est aussi actif dans le secteur du hardware depuis quelques années, avec sa console de jeu Xbox, mais face à la notoriété de Nintendo et Sony dans ce domaine, son parcours sur ce marché est beaucoup plus chaotique. Néanmoins, les ventes de la Xbox ont pour l’instant le vent en poupe grâce à la popularité croissante de son capteur de mouvements, le Kinect.

 

La Bourse doute

Bien sûr, Microsoft occupe une position quasi monopolistique sur le marché des systèmes d’exploitation pour PC, qui lui permet d’afficher des marges très confortables et de générer beaucoup de liquidités. Pourtant, nous restons sceptiques quant aux capacités de l’américain à progresser sur les nouveaux marchés. Ou plutôt à y « exister ». Car il faut bien reconnaître que la société de Bill Gates n’a pas bien négocié le virage de l’internet et de la mobilité, ni les profonds changements que cela a provoqués dans notre quotidien informatique. Elle n’est ainsi pas parvenue à menacer le leadership de Google sur les moteurs de recherche et n’a pas été davantage à même d’inquiéter Apple sur le segment des systèmes d’exploitation pour tablettes et smartphones. Deux marchés à croissance rapide où elle doit se contenter des miettes.
Elle a certes les moyens financiers de se lancer dans une lutte contre cette concurrence, mais la partie est selon nous loin d’être gagnée !

 

Riposte difficile

Conscient de son erreur stratégique, Microsoft essaie de rattraper son retard dans l’internet mobile en adaptant son logiciel Windows à l’architecture d’ARM Holdings, dont les puces sont omniprésentes dans les terminaux mobiles. Une riposte louable, mais qui est aussi l’aveu que les rapports de force ont changé. Microsoft n’impose plus sa loi, mais doit suivre celle des autres. Une réalité qui se reflète dans le cours de Bourse, qui n’a guère évolué depuis 10 ans...

 

Restez à l’écart

Les derniers résultats trimestriels de Microsoft, soutenus par les bonnes ventes de Windows 7, confirment la capacité du groupe à générer d’énormes liquidités. Les marges restent confortables et la société de Redmond verse un dividende (dont le rendement actuel est de 2,3 %) sans discontinuer depuis 2003.
Nous prévoyons un bénéfice par action de 2,34 USD pour l’exercice en cours (clôture le 30/06) et 2,60 USD pour le suivant.
Compte tenu de ces éléments, l’action nous apparaît correctement évaluée. Vous pouvez la conserver si vous l’avez en portefeuille, mais nous ne conseillons pas de l’acheter et ne la suivrons donc pas.

Partagez cet article