Analyse
Miser sur les pneus Continental ? Risque de dérapage… il y a 6 ans - mardi 15 février 2011

Le fabricant allemand de pneus Continental pourrait faire l’objet d’une reprise. Son action est-elle intéressante ?

Activité cyclique

Continental est un grand groupe allemand qui emploie plus de 130 000 personnes. Connu pour ses pneus (40 % du chiffre d’affaires), il fournit aussi toute une série de composants destinés à l’automobile (système stop/start, aide au stationnement, correction électronique de trajectoire, etc.). Continental est donc soumis au mouvement cyclique de la production automobile. En bas de cycle, il parvient difficilement à amortir ses coûts fixes, ce qui le conduit parfois à enregistrer des pertes, comme en 2009. A l’inverse, la reprise de la production automobile en 2010 lui a permis d’améliorer le taux d’utilisation de ses capacités de production et de renouer avec les bénéfices.

Un projet qui patine

Mi-2008, Continental a été courtisé par son compatriote Schaeffler en vue d’un rapprochement. Depuis lors, Schaeffler a pris le contrôle de 42 % du capital de Continental, mais le projet de fusion a été retardé par la crise et pourrait même être remis en cause compte tenu de l’endettement élevé des deux groupes.
Pour Continental, le ratio endettement net sur fonds propres s’élevait fin 2009 à 236 % ! Et si Continental semble sur la bonne voie pour réduire sa dette, son repreneur paraît avoir plus de difficultés. Nous craignons dès lors que Schaeffler ne puisse procéder au rachat total de Continental.

Pas intéressant

Pour cette année, Continental table sur la poursuite de la croissance de son activité (de 5 à 10 %), mais ne précise pas ses attentes de marge bénéficiaire. Or, c’est là que le bât blesse. Car la hausse du prix des matières premières, et notamment du caoutchouc naturel, devient de plus en plus inquiétante et pourrait ne pas être répercutée totalement sur les prix de vente. Le marché est selon nous trop optimiste face à ce phénomène et le cours actuel de Continental (59 EUR) nous semble trop élevé, d’autant que l’endettement ne permettra pas de généreux dividendes. Restez par conséquent à l’écart de cette action chère et risquée.


Partagez cet article