Analyse
Le Japon et vos placements dans les utilities il y a 6 ans - lundi 21 mars 2011

Selon nous, la panique qui s’empare des marchés est exagérée.

 

Suite aux accidents à la centrale de Fukushima, l’Europe s’interroge sur le bien-fondé de l’énergie nucléaire. L’Allemagne et la Suisse ont annoncé un moratoire sur les centrales. Les acteurs très actifs dans le nucléaire ont chuté (Areva, E.ON, RWE et EDF).

 

Sans surprise, le cours d’Exelon, sixième exploitant mondial de centrales nucléaires, a aussi cédé du terrain. Selon nous, la panique qui s’empare des marchés est exagérée. Les incidents au Japon pèseront effectivement sur la filière nucléaire du fait du gel de programmes en cours de développement et du coût d’une réglementation plus stricte. Pour autant, nous restons loin d’un abandon du nucléaire, tant la dépendance des Etats vis à vis de l’atome reste élevée (20 % de l’électricité produite aux USA et 28 % en Europe). En outre, à court terme, le Japon a de gros besoins en électricité (les terminaux d’acheminement pour le pétrole sont détruits et les centrales nucléaires restantes tournent au ralenti).

 

Le gaz, dont les prix ont déjà fort remonté, sera donc le grand favori. Nous achetons le gazier français GDF Suez et le belge Exmar, actif dans le transport de gaz.

 

 

Partagez cet article