Analyse
Le Japon et vos placements dans l'industrie et les mines il y a 6 ans - lundi 21 mars 2011

Selon nous, c’est la panique qui a provoqué la chute des cours.

 

La plupart des groupes spécialisés dans l’extraction de minerais sont aussi présents dans l’uranium (vendez les fonds qui y investissent). Mais si l’uranium est surtout utilisé pour ses propriétés nucléaires, le risque d’une forte baisse de la demande est faible, à court terme du moins. Selon nous, c’est la panique qui a provoqué la chute des cours.

 

Et les groupes tels que BHP Billion, Vale ou Rio Tinto ne devraient pas souffrir de ces baisses si elles restent temporaires. De plus, la forte demande en minerai de fer qui précédera la reconstruction des villes, bâtiments et infrastructures devrait largement compenser les baisses dans l’uranium. Selon nous, le secteur reste correctement évalué. Vous pouvez donc conserver vos actions. Quant aux groupes industriels présents dans les activités nucléaires (création de turbines, entretien des centrales, équipementiers), ils pourraient voir certaines commandes mises en attente ou annulées. Si le développement du nucléaire reste inévitable, les moratoires instaurés et/ou à venir font peser un risque commercial sur General Electric ou Siemens.

 

Par ailleurs, le risque d’appréciation du yen pourrait profiter à certaines entreprises ayant de gros concurrents japonais, comme Agfa-Gevaert ou Picanol.

Partagez cet article