Analyse
TF1 : toujours fragile il y a 6 ans - vendredi 1 avril 2011

TF1 met les bouchées doubles pour consolider sa rentabilité.

Les résultats en seront hasardeux selon nous. L'action est trop chère selon nous.
VENDEZ.

 

La hausse de 79 % du bénéfice par action courant, à 0,68 EUR, est uniquement à mettre au compte d'une désastreuse année 2009. Les recettes publicitaires sont toujours en retrait par rapport à 2008, et ce n'est pas dû qu'à la crise. TF1 a gravement sous-estimé le succès en France de la télévision numérique terrestre. En 2011, son audience pourrait se retrouver à quelque 22 % de parts de marché (contre 33 % en 2002). Pour combler une partie de cet effritement, TF1 a racheté deux chaînes : TMC (orientée famille) et NT1 (orientée jeunes adultes), mais cela ne suffira pas selon nous à corriger son point faible structurel : la trop faible rentabilité (8,8 % de marge opérationnelle en 2010). Certes, le groupe travaille depuis deux ans à réduire le coût de sa grille de programmation (-5,8 % en 2010), mais c'est un pari risqué. Car hormis les séries télévisées US, peu chères et très rentables, TF1 peine à séduire les téléspectateurs : le journal télévisé du soir est en perte de vitesse et les émissions de téléréalité ne font plus recette. Même le sport n'est plus une poule aux œufs d'or. La question est de savoir combien de temps encore les annonceurs accepteront de payer une « prime » (20 %, selon certains critères) à TF1. Pour 2011 et 2012, nous prévoyons un bénéfice par action de 0,75 EUR et 0,80 EUR.

 

Cours au moment de l'analyse : 13,02 EUR

 

Premier groupe privé de télévision en France, TF1 est actif dans la télévision généraliste et thématique. Il tire la majorité de ses revenus de la publicité.

 

Partagez cet article