Analyse
Réseaux sociaux : une nouvelle bulle internet ? il y a 6 ans - lundi 23 mai 2011

Faut-il suivre l’euphorie qui entoure les actions des réseaux sociaux ?

Après le réseau social chinois Renren en début de mois, c’est au tour du réseau social professionnel LinkedIn de faire ses premiers pas en Bourse. Deux introductions qui devraient ouvrir la voie à d’autres acteurs de la nouvelle ère numérique, à l’image de Facebook, Twitter ou encore Groupon. Il faut dire que l’accueil qui leur est réservé est des plus chaleureux. Le cours de l’action Renren a gagné 28,6 % le jour de son entrée en Bourse, valorisant l’entreprise à plus de 7 milliards de dollars, alors qu’elle n’a facturé que 76,5 millions de dollars de chiffre d'affaire l’an dernier et que la société ne réalise toujours aucun profit. Idem pour LinkedIn dont le cours a bondi de 109 %, valorisant l’entreprise à près de 9 milliards de dollars pour seulement 243 millions de dollars de chiffre d’affaires. La valorisation de Facebook pourrait quant à elle atteindre 70 milliards de dollars, soit plus que Boeing ou Ford ! Serions-nous les témoins d’une nouvelle bulle ?

 

Si ces niveaux de valorisation nous semblent trop élevés, il faut admettre que les valeurs internet d’aujourd’hui n’ont plus grand-chose à voir avec leurs aînées des années 90. Tout d’abord, le nombre d’individus connectés à l’époque (250 millions début 2000) semble chiche à côté des 2 milliards qui surfent aujourd’hui sur la toile, sans compter l’augmentation exponentielle de la vitesse de connexion au réseau. Un marché de l’internet beaucoup plus vaste donc qui se matérialise aussi dans les résultats. Contrairement à leurs aïeules, certaines stars du web enregistrent de gros revenus (le chiffre d’affaires de Facebook est de 2 milliards de dollars) et réalisent des profits. Faut-il pour autant payer pour des entreprises de 35 à 100 fois leur chiffre d’affaires, alors que celles du S&P500 sont valorisées entre 0 et 4 fois ? Nous ne le pensons pas. La valorisation actuelle des réseaux sociaux prend sa source dans l’exubérance irrationnelle qui caractérise les marchés d’actions dès lors qu’il s’agit de valoriser des profils d’entreprise à très haut potentiel de croissance. Chacun souhaite prendre le train en marche de peur de le rater, peu importe le prix.

 

La valorisation des réseaux sociaux offre une jolie porte de sortie aux actionnaires fondateurs et autres « capital risqueurs ». Mais à ce niveau de prix, l’investissement dans ces réseaux ne nous semble pas une bonne opportunité pour le nouvel investisseur. Nous ne conseillons pas les actions Renren et LinkedIn.

Partagez cet article