Analyse
Faut-il se méfier des actions chinoises ? il y a 6 ans - jeudi 23 juin 2011

Un climat de suspicion généralisé régne à l’égard de la qualité des comptes publiés par les sociétés.

La plupart des actions chinoises cotées outre-Atlantique ont subi d’importants dégagements ces dernières semaines. Entre mars et mai 2011, 130 sociétés chinoises sur les 170 cotées sur le Nasdaq ont vu leur cours plonger, dont 46 de plus de 30 %. La proportion est comparable sur le NYSE, avec 52 sur 77 en baisse, dont 12 de plus de 30 %. En cause, un climat de suspicion généralisé à l’égard de la qualité des comptes publiés par ces sociétés. Ces six derniers mois, plus de 25 sociétés chinoises cotées à New York ont été soupçonnées de malversations comptables. Et, depuis un an, la cotation de 21 entreprises chinoises a été suspendue aux Etats-Unis, tandis que 5 étaient exclues du marché.

 

Le plus souvent, les cas avérés de fraudes concernent des sociétés chinoises introduites en Bourse via une « fusion inversée », qui consiste pour un groupe étranger à absorber une société déjà cotée sur le marché américain. Une procédure infiniment plus légère et bien moins transparente qu’une introduction en Bourse traditionnelle. Depuis 2007, plus de 150 sociétés chinoises y ont eu recours. La plupart sont de taille réduite et cotées sur les Bourses américaines les moins régulées, comme le Pink Sheets, le OTC Bulletin Board et le NYSE AMEX, sur lesquelles nous vous conseillons de ne pas investir. Le régulateur de marché américain, la SEC, qui reconnaît un certain laxisme, a indiqué qu’il renforcerait ses contrôles à l’avenir. Mais une introduction en Bourse par la voie traditionnelle n’est pas pour autant un gage absolu de sécurité et de transparence, comme l’illustrent les cas de Enron et Worldcom et celui, plus récent, du chinois Longtop Financial. Les cabinets d’audit, qui ont validé les comptes publiés par ces entreprises (souvent des succursales locales), ont aussi leur part de responsabilité.

 

Faut-il pour autant se détourner des actions chinoises cotées à New York ?
Nous ne le pensons pas. Toutefois, une approche sélective s’impose si vous investissez en actions individuelles. Une gouvernance d’entreprise de bien moindre qualité en Chine qu’en Europe et aux Etats-Unis est un facteur de risque important qui justifie un niveau de risque 4. Pour les amateurs de risque, nous recommandons l’achat de deux actions chinoises qui n’ont pas échappé à la défiance généralisée des marchés des dernières semaines : China Medical Technologies et JinkoSolar dont la sous-évaluation est exagérée selon nous.

Partagez cet article