Analyse
La semaine en Bourse il y a 6 ans - mardi 14 juin 2011

Les tentatives de rebond auxquelles se sont livrées les Bourses la semaine passée ont toutes avorté.
• Le climat boursier demeure sous l’influence des craintes macro-économiques. Alors que le président de la banque centrale américaine s’est montré déçu de l’ampleur de la reprise, en Europe, l’imbroglio concernant le dossier de la dette souveraine a perduré, après que l’Allemagne s’est déclarée en faveur de mesures de restructuration de la dette mettant à contribution les investisseurs privés. La confusion politique continue donc d’agiter les Bourses et le secteur bancaire (-2,7 %). L’Euro Stoxx 50 et le S&P 500 ont reculé de respectivement 2 % et 2,2 %.

• Les valeurs des semi-conducteurs (-1,8 %) ont bien résisté à l’avertissement sur résultats pour le 2ème trimestre de Texas Instruments (-4 %, conservez), pénalisé par les difficultés de Nokia (-4,1 %, vendez). Le secteur du transport aérien (-2,7 %) a été chahuté, après que l'Association internationale du transport aérien a réduit de 8,6 milliards USD à 4 ses prévisions de bénéfice pour l'ensemble de ses membres au titre de 2011. Air France et Lufthansa ont cédé 6,3 % et 5 %. Nous restons à l’écart du secteur. Seul Republic Airways (-10,2 %) est à conserver. Le secteur pétrolier est resté stable, mais l’absence d’unanimité au sein de l’OPEP risque d’entraîner une plus forte volatilité des prix du pétrole à court terme. Nous restons à l’achat sur Chevron (-1,3%), Royal Dutch Shell (+0,1 %) et BP (-2,7 %), si vous en acceptez le risque.

Partagez cet article