Analyse
Republic Airways cherche à se séparer de sa filiale déficitaire il y a 6 ans - vendredi 17 juin 2011

Le groupe aérien entend se séparer de sa filiale déficitaire Frontier. C’est une bonne nouvelle, mais elle mettra du temps à se répercuter sur le cours.

Action correctement évaluée.
CONSERVEZ.


Pour tenter de sortir de la crise qu’il traverse (causée surtout par la flambée du prix du pétrole), l’américain va céder peu à peu sa participation dans Frontier Airlines, au travers de laquelle il commercialise des vols pour compte propre. Une opération qui a plusieurs avantages : Republic ne sera plus en concurrence avec ses partenaires, pour lesquels il assure des vols en sous-traitance (American, Delta, United, Continental, US Airways) et supprimera ainsi un conflit d’intérêt, sa rentabilité pourra se rapprocher du niveau qu’elle connaissait avant le rachat de Frontier et il souffrira moins de la volatilité des prix de pétrole (pour ses vols en sous-traitance, ses partenaires paient le kérosène). Bémol toutefois. Selon la direction, il faudra patienter jusque fin 2014 pour que le groupe ne soit plus actionnaire majoritaire de Frontier. D’ici là, Republic devra dès lors trouver des capitaux (dettes ou augmentation de capital), pour satisfaire les conditions des pilotes de Frontier (participation dans le capital de Frontier en échange d’un gel du salaire). Dans l’attente, et compte tenu de la facture pétrolière, nous réduisons nos prévisions et tablons désormais sur une perte par action de 0,30 USD en 2011 et sur un timide bénéfice de 0,20 USD en 2012.

 

 

Cours au moment de l'analyse : 4,44 EUR

 

 

Republic Airways est une compagnie aérienne régionale qui assure chaque jour environ 1 600 vols de courte distance entre 128 villes, dans 47 Etats américains, au Canada, au Mexique et au Costa Rica; opérait autrefois uniquement pour le compte de compagnies qui étaient ses clientes; travaille maintenant aussi pour son compte propre, au travers de la marque Frontier.


Partagez cet article