Analyse
Omega Pharma : rien de neuf sur le delisting il y a 6 ans - lundi 8 août 2011

La croissance des ventes du premier semestre est un peu plus faible que prévu. Elle devra s’accélérer au second pour atteindre les objectifs.

Le cours bénéficiera de la spéculation sur un retrait de la cote et de l’intérêt que cela pourrait susciter chez des candidats prédateurs.
Action correctement évaluée.
CONSERVEZ.

 

Au deuxième trimestre, les ventes s’inscrivent dans la continuité de l’évolution observée au premier trimestre. C’est la déception en Europe du Sud (en crise économique) et en Russie (souffrant de problèmes organisationnels), tandis que le nord de l’Europe se porte bien.

 

Sur le premier semestre, les ventes progressent de 7,3 % (ou de 3 % hors acquisitions). Les cinq piliers stratégiques (54 % des ventes) progressent conformément à nos attentes (+13 %). Nous maintenons dès lors notre prévision de croissance des ventes 2011 à 8,6 %, soit un peu plus que les 8,2 % visés jusqu’ici par le groupe.

 

Les marges du semestre sont quant à elles en recul par rapport au très bon niveau de la fin 2010, comme prévu. C’est suite à la faiblesse de la croissance des ventes dans les pays les plus rentables, à la faiblesse du marché russe, à la faiblesse de l’euro…

 

Pour la suite, Omega préfère rester prudent et table pour l’ensemble de 2011 sur des marges stables. Quant à nous, compte tenu de nouvelles charges de restructuration, nous réduisons notre prévision de bénéfice par action 2011 à 2,83 EUR (contre 3,65 auparavant).

 

En ce qui concerne l’éventuel retrait de la cote du titre Omega Pharma, aucune nouvelle information n’a filtré ces dernières semaines. Mais, vu que le groupe a précédemment déclaré qu’un tel scénario était étudié (sur base de 37 EUR par action) et que fin juillet, des fonds important ont été levés par Waterland (groupe de private equity évoqué pour une reprise des actions aux mains du public), le cours devrait rester soutenu.

 

Cours au moment de l’analyse : 31,65 EUR

 

Omega Pharma est un fournisseur belge (actif dans plus de 35 pays) de produits sans ordonnance aux pharmacies; il réalise 87% de ses ventes en Europe et base sa stratégie sur le développement de cinq piliers : dermatologie, affections respiratoires, antiparasites, classiques (test de grossesses, suppléments alimentaires…) et marques multi-locales. Il distribue aussi des génériques en Belgique (20% des ventes).

 

Partagez cet article