Analyse
Plongeon boursier : comment réagir ? il y a 6 ans - vendredi 19 août 2011

Les Bourses sont malmenées et les investisseurs cèdent à la panique. De notre côté, nous gardons la tête froide. Nos conseils pour réagir au mieux.

Pas de récession, mais une croissance modérée

Les marchés boursiers vivent un été très chahuté, à l'image de notre météo. Depuis début juillet, après une succession ininterrompue de rebonds et de plongeons, le Bel 20 a finalement perdu 16 %. En Europe, le DJ Stoxx 50 s'est affaibli de 15 % et aux Etats-Unis, le S&P 500 a lâché 12 %. Il faut dire que les mauvaises nouvelles se succèdent.

A la crise de la dette en Europe, laquelle n'a toujours pas trouvé de solution politique satisfaisante, s'est ajoutée la perte par les Etats-Unis de leur notation AAA. Plus que l'événement en lui-même, c'est la réalité qu'il laisse apparaître qui effraie les investisseurs : la superpuissance américaine traverse une grave crise qui limite dans l'immédiat la capacité de rebond de son économie et celle des économies occidentales à sa suite.

Les marchés sont donc passés d'un scénario de reprise forte, celui qui prévalait encore en début d'année, à celui tant redouté d'une nouvelle récession. Nous sommes pour notre part un peu plus optimistes. Car les banques centrales continuent de tout mettre en œuvre pour soutenir l'économie, en maintenant les taux bas et en injectant des liquidités. Et les grandes entreprises affichent des finances solides. Elles ont en effet reconstitué ces dernières années leur trésorerie, grâce à la croissance dans les pays émergents et à un contrôle strict des coûts.

Sans entrer dans une nouvelle récession, la croissance des économies occidentales n'en restera toutefois pas moins modérée ces prochaines années et, compte tenu des risques importants qui subsistent, les marchés boursiers devraient  rester très volatils. Face à cette difficile réalité, comment l'investisseur doit-il réagir?

 

 

Diversifiez

Plus que jamais, la diversification reste l'élément clé de notre stratégie. Cette diversification ne touche pas seulement notre portefeuille d'actions mais doit englober les placements plus défensifs aussi (obligations, comptes d'épargne, or). Ces derniers constituent un matelas de sécurité en cas de turbulences sur les Bourses.

Comment diversifier votre portefeuille? Nous vous aidons, grâce à nos portefeuilles sur mesure.

 

Pour la partie dynamique de votre portefeuille

Au centre de notre stratégie d'investissement en actions, nous privilégions les secteurs présentant un caractère défensif, comme la pharmacie et les télécoms qui se sont montrés capables de bien résister aux précédentes crises et génèrent d’importantes liquidités. Le secteur des biens de consommation est une alternative. Profitez de la baisse actuelle pour vous renforcer sur ces secteurs et réduire le prix moyen d’achat des actions.

Au niveau géographique, les Bourses américaine et britannique, bon marché, occupent toujours une place de choix dans nos portefeuilles. Bien qu'en difficulté, l'économie américaine n'en reste pas moins une des plus compétititives et une des plus innovantes au monde. Quant à la Bourse britannique, on y trouve de nombreuses entreprises implantées dans le monde entier et pouvant profiter de la croissance là où elle se trouve. N'oublions pas non plus, à titre de diversification, les (sicav d')actions chinoises. Face au dynamisme de ce pays, ce marché vaut certainement qu’on s’y intéresse. Par ailleurs, fortement pénalisées suite aux tentatives de Pékin d'éviter la surchauffe de son économie et le dérapage de l’inflation, les Bourses chinoises se profilent aujourd’hui parmi les moins chères du monde émergent.

Retrouvez les actions et les sicav d'actions que nous recommandons à l'achat. 

 


 

Pour la partie défensive de votre portefeuille

 

 

 

 

Obligations
Nous privilégions actuellement les obligations émises par des pays aux finances saines, à l'image du Canada, de la Suède ou encore du Danemark. Privilégiez pour ce faire une sicav qui investit dans ces obligations.

Franc suisse
Le franc suisse constitue aussi traditionnellement une valeur refuge quand tout va mal. Mais la devise s'est (trop) appréciée face à l'euro ces derniers temps, au point même de faire réagir les autorités suisses. N'achetez plus, mais vous pouvez conserver.

Or
L'or fait aussi preuve d'une solidité à toute épreuve quand tout va mal et son prix, à plus de 1 800 USD l'once, bat des records historiques. Le métal jaune peut aussi compter sur une demande soutenue en joaillerie de la part des pays asiatiques (Chine et Inde) ainsi que des banques centrales, soucieuses de diversifier leurs réserves. Si l'or constitue donc un bon soutien quand le ciel économique et boursier s'assombrit, n'en oubliez pas pour autant les risques potentiels. Dès que la situation économique s'améliorera, l'or perdra sans doute un peu de son éclat. Ce n'est certes pas pour tout de suite mais tenez-en compte et investissez-y maximum 5 % de votre portefeuille. Vous pouvez investir en lingots ou en pièces de monnaie. Nous vous recommandons pour cela les spécialistes Goldforex (www.gold4ex.be) et Numagold (www.numagold.be). Une alternative valable sont les trackers cotés en Bourse et axés sur l'or physique. Nous vous recommandons ETFS Physical Gold (ticker: PHAU sur Euronext Amsterdam), iShares COMEX Gold Trust (IAU op New York) et Gold Bullion Securities (GBS sur Euronext Paris).


 

Produits d'épargne
Enfin, le compte d'épargne constitue toujours une solution d'attente idéale pour vos placements en euro. Retrouvez ici ceux que nous recommandons. Et pour vos placements sans risque à long terme (au moins huit ans), une bonne assurance-épargne constituera un placement de choix.

Partagez cet article