Analyse
Secteur automobile : attention au retour de manivelle ! il y a 6 ans - mardi 2 août 2011

Pendant que les indices boursiers jouent au yoyo, un secteur sort du lot : l’automobile.

Avec un gain de 12 % depuis janvier, les constructeurs de voitures et leurs fournisseurs se démarquent très nettement des autres secteurs, alors qu’on pouvait s’attendre à une pause après le net rebond de 2009 et 2010. Sans parler de certaines difficultés comme la pénurie de pièces suite à la catastrophe japonaise ou à la hausse du prix des matières premières.
Or, que constate-t-on ? Tout simplement que malgré le recul du marché européen, les constructeurs du Vieux Continent sont en route vers de nouveaux records de volumes en 2011 !

 

Est-il dès lors judicieux de prendre le train en marche ? La tentation est grande en effet, tant l’avenir semble encore prometteur. Mais comme l’a rappelé, à juste titre, le directeur financier de BMW : « There is no such thing as a free lunch » (La gratuité n’existe pas). Il ne parlait pas ici des belles mécaniques allemandes, mais de la conquête des pays émergents, Chine en tête, par les constructeurs européens.
En quelques années à peine, la Chine est ainsi devenue le premier débouché de Volkswagen et General Motors et représente un marché qui rapporte gros en termes financiers. BMW et Mercedez-Benz y réaliseraient 40 % de leurs bénéfices opérationnels !

 

Cette dépendance au marché chinois pourrait toutefois se retourner un jour contre les constructeurs, et ce jour pourrait arriver plus tôt qu’on ne le pense. Car les risques d’ordre réglementaire, surtout, pourraient changer la donne, à commencer par la volonté des autorités chinoises de créer, à terme, des champions nationaux, ce qui limitera forcément la part du gâteau des constructeurs non chinois.

 

Vu leurs faibles perspectives de croissance bénéficiaire et l’incapacité à maintenir un niveau de rentabilité élevé, les actions de la plupart des constructeurs automobiles nous semblent chères. Seule celle de Peugeot est toujours bon marché et est digne d’achat.

Partagez cet article