Analyse
CMB : offre surabondante de bateaux il y a 6 ans - jeudi 6 octobre 2011

CMB échappe à la morosité grâce aux contrats précédemment conclus et à l'activité aéronautique.

Pour le secteur, 2012 sera encore une année difficile. Mais vu la valeur de la flotte de CMB et ses contrats déjà conclus, le titre est correctement évalué.
CONSERVEZ.

 

Les capacités mondiales sont trop abondantes dans le transport maritime de vrac sec. Elles ont progressé de plus de 7,5 % depuis début 2011 et de 38 % depuis début 2009 ; et le nombre de navires en construction dans les chantiers navals équivaut à 42 % de la flotte mondiale actuelle ! Les tarifs sont dès lors sous le seuil de rentabilité. Au 1er semestre, ils ont été quasi divisés par 5 pour les plus gros bateaux (près de 60 % de la flotte de CMB, commandes comprises). Malgré cela, le résultat semestriel de CMB est plus ou moins stable (hors effets de changes et hors plus-values sur la vente de bateaux en 2010). C'est grâce aux contrats précédemment conclus et à l'activité aéronautique (27 % du résultat). Pour 2011, nous tablons toujours sur un bénéfice par action de 1,60 EUR. En 2012, le recul devrait être limité. Car de plus en plus de vieux navires, peu rentables, étant envoyés à la casse, les tarifs repartent à la hausse. Depuis début 2011, les prix sur le marché de l'occasion sont en baisse de 20 à 25 %. Selon nous, le cours actuel de CMB inclut un recul supplémentaire de la valeur de la flotte d'un bon 10 %. C'est une bonne marge de sécurité.

 

Cours au moment de l'analyse : 16,77 EUR

 

CMB est un transporteur maritime belge vrac sec au travers de sa filiale Bocimar. Egalement actif dans le transport aérien (cargo, passagers, leasings) via ASL détenu à 51 %.

 

Partagez cet article