Analyse
BNP Paribas : la banque nettoie ses comptes il y a 6 ans - mardi 8 novembre 2011

L'exposition à la dette souveraine s'est réduite et des progrès ont été accomplis pour reconstituer les fonds propres.

Aussi, malgré le climat difficile et vu que l'action est correctement évaluée, ne vendez pas.
CONSERVEZ.

 

BNP Paribas inscrit une provision de 2,2 milliards sur son avoir en dettes grecques. Une décote de 60 % (plus que prévu). Au total, il réduit ainsi de 21 % son exposition globale à la dette souveraine de la zone euro (dont -40 % sur l'Italie, son talon d'Achille). Son exposition aux pays périphériques reste toutefois lourde. En outre, alors que ses besoins en capitaux sont évalués à 2,1 milliards, le groupe dit ne pas vouloir faire appel aux marchés pour atteindre mi-2012 un ratio de solvabilité de 9,1 % (core tier one = fonds propres pondérés par le risque, pour lequel le régulateur impose 9 %). Pour y parvenir, il cèdera des actifs risqués. Au vu de l'inquiétude persistante sur les dettes souveraines et des faibles perspectives de croissance des économies occidentales (confirmées par les résultats des banques de détail), nous sommes cependant méfiants quant à la capacité des banques à atteindre leurs objectifs. Dés lors, il n'est pas exclu que, malgré tout, dans les 18 prochains mois, BNP doive augmenter son capital et réduise sensiblement son dividende (Société Générale le réduit à 0). Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 5,4 EUR en 2011 (contre 6,6 auparavant) et à 4 EUR en 2012 (contre 4,6).

 

Cours au moment de l'analyse : 31,73 EUR

 

BNP Paribas est une banque universelle à fort ancrage français. Elle développe sa banque de détail et des services spécialisés à l’étranger.

 

Partagez cet article