Analyse
Sélection des actions : restez discipliné ! il y a 5 ans - mercredi 16 novembre 2011

Sélectionner des actions pour un portefeuille est pour l’heure une activité particulièrement ingrate au regard de la volatilité des marchés.

Ces dernières semaines, les sagas grecque et italienne ont plus orienté les Bourses que les résultats des entreprises ou leurs perspectives. Dur à avaler pour l’investisseur !

 

Bien sûr, celui-ci pourrait tenter de profiter de la volatilité induite par l’actualité politique pour se lancer dans les allers-retours sur des titres en espérant réaliser un gain à court terme. Mais cette approche est à écarter au risque de collectionner au final les coups perdants. La situation actuelle n’a pas vocation à durer indéfiniment. Lorsque la sérénité reviendra, les fondamentaux dicteront de nouveau l’évolution des Bourses. Pour notre part, la stratégie que nous suivons consiste à se faire une opinion sur une action sur la base de l’évaluation calculée à partir des fondamentaux de l’entreprise. Une action bon marché sera à l’achat quand une chère sera à la vente. Même dans une économie ou un secteur en difficulté, des actions peuvent constituer un judicieux placement. Nous sommes ainsi récemment revenus à l’achat sur ArcelorMittal, dans le secteur de l’acier en restructuration quasi constante.

 

Quoi qu’il en soit, dans l’environnement que nous connaissons et qui est appelé à perdurer les prochains mois, demeurer discipliné est un conseil valant son pesant d’euros. Discipline dans le choix d’une action : des actions d’entreprises exagérément punies en Bourse malgré leurs qualités sont des investissements intéressants pour un investisseur patient qui, comme nous, ne croît pas en la morosité éternelle des marchés. En Belgique, Sioen, EVS ou encore Nyrstar tombent dans cette catégorie. Discipline aussi dans l’achat : investissez régulièrement pour réduire l’effet de la volatilité. Discipline enfin dans la constitution de votre portefeuille : les secteurs peu attrayants sont parfois plus rémunérateurs que ceux dans la lumière. Depuis le début d’année, le secteur mondial des pharmaceutiques a gagné 5,7 % (dividendes compris), tandis que ceux des biens de consommation et des télécoms progressaient de 2,6 et 2,4 %. A titre de comparaison, le Stoxx Europe 50 a reculé de 8,4 % et l’américain S&P 500 a gagné 1,3 %. L’indice des valeurs technologiques a lui cédé 3,9 %.

 

Partagez cet article