Analyse
La pharmacie européenne à la peine il y a 5 ans - mercredi 21 décembre 2011

Plusieurs revers ont affecté de grands labos européens illustrant une nouvelle fois la difficulté du secteur à renouveler une gamme de produits vieillissants et concurrencés par les génériques.

Vous pouvez conserver les actions suivantes, qui sont correctement évaluées :

 

AstraZeneca

Suite aux échecs de deux études cliniques concernant des produits en développement (cancer et dépression), AstraZeneca va comptabiliser au quatrième trimestre une charge de 381,50 millions de dollars (avant impôts).

Nous réduisons ainsi notre prévision de bénéfice par action à 398 pence pour 2011 (contre 412 auparavant). Mais nous la maintenons à 360 pence pour 2012 et 348 pence pour 2013.

A l'approche d'une année 2012 difficile, AstraZeneca ne rassure toujours pas quant à sa capacité à renouveler ses médicaments.

 

Novartis

Le suisse met fin à une étude sur le Rasilez/Tekturna dans le traitement de l'hypertension, pour les patients à hauts risques souffrant de diabète et d'insuffisance rénale. Mais ce médicament ne représentait que 1 % des ventes globales du groupe sur les neuf premiers mois de 2011 et le groupe dispose d'un pipeline beaucoup plus prometteur que celui d'AstraZeneca.

Nous maintenons nos prévisions de bénéfice par action à 3,70 CHF pour 2011 et 3,95 CHF pour 2012 et tablons sur 4,20 CHF pour 2013.

 

Sanofi

Le traitement contre la sclérose en plaques Aubagio n'a pas réussi à montrer sa supériorité face au médicament en place Rebif (de Merck KAaA). Mais les perspectives de vente de ce médicament en phase finale de développement étaient déjà prudentes et nous maintenons nos prévisions de bénéfice par action à 3,80 EUR pour 2011, 3,85 EUR pour 2012 et 4 EUR pour 2013.

Cours au moment de l'analyse :
AstraZeneca : 2912,50 pence
Novartis : 52,90 CHF
Sanofi : 54,62 EUR

Partagez cet article