Analyse
Delhaize : fermeture de magasins, suppression d’emplois il y a 5 ans - vendredi 13 janvier 2012

Après un quatrième trimestre décevant, le distributeur enclenche le turbo.

Action correctement évaluée
CONSERVEZ.

 

Au quatrième trimestre, si le chiffre d’affaires a crû de 7 % (+4,6 % sur l’ensemble de l’année), c’est surtout grâce à la reprise de Delta Maxi en Europe de l’Est (sans Delta Maxi : +1,5 % sur le trimestre et +2,4 % sur l’ensemble de 2011). Dans les magasins ouverts depuis plus d’un an, le chiffre d’affaires a perdu 0,4 % aux USA et 1,5 % en Belgique (concurrence plus forte, faible confiance du consommateur). Aussi, le groupe fermera une série de magasins en mauvaise posture (146 aux USA, 20 en Europe de l’Est). Aux USA, 64 magasins seront aussi convertis vers une autre formule. La restructuration implique la suppression de 5 000 emplois (plus de 3 % du personnel) et aura un coût (210 millions, soit 2 EUR par action, répartis sur 2011 et 2012). Dès 2013, elle devrait avoir sur le bénéfice opérationnel un impact positif de 3 à 4 % (35 à 40 millions d’euros). D’autre part, le groupe investit dans la rénovation de magasins existants (200 en 2012) et ouvre de nouveaux magasins (fin 2012, il devra compter 20 à 50 magasins de plus). Ces 3 prochaines années, Delhaize souhaite ouvrir 450 nouveaux magasins et vise une croissance du chiffre d’affaires de 5 à 7 % par an. Nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 4,86 EUR pour 2011 (contre 5,66 auparavant) et à 4,52 EUR pour 2012 (contre 5,95). Pour 2013, nous la relevons légèrement (de 6,43 à 6,45 EUR).

 

Cours au moment de l’analyse : 41,64 EUR

 

Le distributeur belge Delhaize exploite ±3400 magasins, actifs en Belgique, au Luxembourg, dans les Balkans, en Indonésie et aux USA, lesquels assurent jusqu’ici quelque 65 % du chiffre d’affaires.

 

Partagez cet article