Analyse
Bulle sur le Nasdaq ? il y a 5 ans - mercredi 29 février 2012

Le Nasdaq est à un niveau inédit depuis la fin de l’année 2000 et l’éclatement de la bulle internet.

En hausse de près de 15 % depuis début 2012 et de plus de 100 % depuis début 2009, l’indice Nasdaq, composé pour deux tiers de valeurs technologiques cotées aux Etats-Unis, flirte actuellement avec les 3 000 points, un niveau inédit depuis la fin de l’année 2000 et l’éclatement de la bulle internet. Une nouvelle bulle s’est-elle créée ? Le moment est-il venu de prendre ses bénéfices ? Nous ne le pensons pas.

 

Le rebond du Nasdaq, si spectaculaire soit-il, est justifié selon nous et repose sur des bases solides. On est loin des excès du passé, avec un indice qui se paie actuellement 16 fois les bénéfices attendus contre plus de 60 fois au sommet de la bulle internet en 2000. Même si les perspectives bénéficiaires ne sont pas brillantes, ce ratio ne nous paraît pas exagéré. Le profil des groupes qui composent l’indice a par ailleurs évolué. Ils ont mûri, à l’instar du poids lourd Apple (±15 % de la capitalisation du Nasdaq). Les niveaux de rentabilité ont fort progressé et la plupart des sociétés de croissance qui ont percé affichent une santé financière bien plus solide, une qualité très recherchée par les investisseurs. Cela explique en partie la moindre volatilité de l’indice ces dernières années.

 

Si on ne peut pas parler de bulle pour le Nasdaq dans sa globalité, ce terme est approprié pour certains segments. C’est selon nous le cas pour de nombreux groupes actifs dans le « cloud computing » (outil qui permet l’accès internet, à la demande et en libre service, à des ressources informatiques virtualisées et mutualisées). Les valorisations de ces groupes sont tirées vers le haut par la frénésie d’achats qui entoure le secteur. Récemment, SAP a ainsi consenti une prime de 52 % sur un cours déjà surévalué pour acheter l’américain SuccessFactors. Son concurrent Oracle avait aussi surpayé RightNow en octobre. On note la même effervescence autour des réseaux sociaux comme Groupon ou Facebook (valorisation énorme sur les marchés de cotation parallèles).

 

Méfiez-vous des actions ou des secteurs d’activité trop populaires. Ils sont souvent surévalués. Au sein du Nasdaq, nous vous conseillons deux valeurs du secteur des semi-conducteurs, Intel et TriQuint. Par ailleurs, plus largement, le marché américain reste bon marché. Avec un poids de 20 %, les sicav d’actions US représentent notre premier poste actions au sein du portefeuille diversifié, risque neutre, à 10 ans, de notre stratégie.

 

Partagez cet article