Analyse
Mais que vaut Facebook ? il y a 6 ans - jeudi 23 février 2012

Nous vous l’annoncions récemment : le réseau social Facebook va bientôt être introduit en Bourse.

Nombre d’investisseurs attendent sans doute impatiemment l’IPO de Facebook. Mais à combien le groupe sera-t-il valorisé ? Le prospectus d’introduction remis récemment aux autorités financières américaines (la SEC) ne permet pas de déjà répondre à cette question. Il faudra donc attendre la fixation effective du prix pour se faire une idée. Mais celle-ci n’intervenant que peu avant l’introduction en Bourse, laquelle est prévue en avril ou mai, il faut donc patienter. Et entre-temps, beaucoup de choses peuvent se passer.

Pourtant, les actions Facebook s’échangent déjà sur des marchés secondaires, comme SharesPost ou SecondMarket, des plateformes en ligne qui organisent des ventes privées entre investisseurs opportunistes, souvent professionnels (des fonds de capital-risque, des entreprises désireuses de diversifier leurs placements de trésorerie…). Le groupe Microsoft, ou encore Bono, le chanteur du groupe U2 (via son fonds Elevation Partners), ont ainsi déjà acquis des titres Facebook, dans l’espoir d’une plus-value substantielle si l’entrée en Bourse est une réussite.

Ne peut-on dès lors, sur la base des prix pratiqués sur ces plateformes, attribuer à Facebook une valeur ? Selon les dernières transactions sur SharesPost, elle serait de près de 100 milliards de dollars. Or, en 2009, elle était de 5 à 13 milliards à peine… Le nouvel engouement pour les valeurs internet a donc fait rapidement monter les enchères. A un point tel que, selon nous, une bulle spéculative pourrait bien être en train de se former autour de Facebook, avant même ses premiers pas en Bourse !

Le Nasdaq à son plus haut niveau depuis plus de 10 ans

Lorsque, en décembre 2011, l’intention de Facebook d’entrer en Bourse a été dévoilée, on a vu s’envoler la demande d’actions du secteur technologique et plus particulièrement de sociétés liées à internet. En moins de deux mois, l’indice Nasdaq Composite, qui représente l’évolution moyenne d’un grand nombre de valeurs technologiques, a connu un rebond de quasi 20 %, le hissant ainsi à un niveau inégalé depuis plus de 10 ans, mais encore éloigné de son sommet de mars 2000, juste avant l’éclatement de la bulle internet. Les signes de reprise affichés par l’économie américaine semblent convaincre les investisseurs que le secteur technologique va tirer pleinement parti de ce renouveau.


Partagez cet article