Analyse
Delhaize : forte pression sur les marges il y a 5 ans - vendredi 9 mars 2012

En dépit d’un résultat 2011 décevant et de prévisions vagues, le dividende augmente. L’année en cours ne sera pas facile.

Action correctement évaluée.
CONSERVEZ.

 

Le bénéfice 2011 a reculé de 17,4 %, à 4,72 EUR par action. C'est en grande partie suite à des coûts (déjà comptabilisés en 2011) pour l’optimisation du réseau de magasins annoncée pour cette année. Mais cela provient aussi du recul de la marge opérationnelle (passée de 5 à 4,4 %). Le groupe a subi la hausse de ses prix d’achat (alimentation) et des coûts salariaux (index), tout en devant réduire ses prix de vente, pour affronter la concurrence des chaînes bon marché. La chute des marges a surtout été ressentie aux USA, où le groupe réalise presque 2/3 de son chiffre d’affaires. En Belgique, Delhaize a aussi perdu des parts de marché. Malgré ces piètres résultats, le dividende grimpe de 2,3 %, à 1,32 EUR net. Le groupe estime que ses marges resteront sous pression en 2012 mais souligne en revanche que ses réductions de coûts dépasseront son objectif de 500 millions d’euros, notamment grâce à une plus grande centralisation des activités aux USA. En outre, la chaîne Delta Maxi, acquise en 2011, doit servir de tremplin aux ventes dans les Balkans, mais les marges y sont encore (trop) faibles. Pour 2012, nous réduisons nos prévisions de bénéfice par action à 4,34 EUR (contre 4,52 auparavant). Pour 2013, qui souffrira moins de charges de restructuration, nous tablons sur 6,12 EUR (contre 6,45).

 

Cours au moment de l’analyse : 39,38 EUR

 

Le distributeur belge Delhaize exploite ±3400 magasins, actifs en Belgique, au Luxembourg, dans les Balkans, en Indonésie et aux USA, lesquels assurent jusqu’ici quelque 65 % du chiffre d’affaires.

 

Partagez cet article