Analyse
L’art de bien informer il y a 5 ans - jeudi 8 mars 2012

De plus en plus d’entreprises privent la communauté financière de leurs objectifs chiffrés à court terme.

Pour nombre d’entreprises, la publication des résultats trimestriels est l’occasion de fournir leurs prévisions bénéficiaires pour le prochain trimestre. De quoi permettre aux investisseurs de confronter les perspectives de la direction à leurs propres attentes. Mais savez-vous que Google, Kraft et Berkshire Hathaway (holding de Warren Buffett) ne donnent aucune information prévisionnelle, qu’elle soit chiffrée ou non ? Et savez-vous qu’elles sont de plus en plus nombreuses à priver la communauté financière de leurs objectifs chiffrés à court terme ?

Une tendance qui ne se dément pas, compte tenu de la rigueur des règles en matière de diffusion de l’information financière. Ainsi les entreprises préfèrent s’abstenir de toute communication plutôt que de disséminer une estimation de leurs bénéfices et devoir l’actualiser en permanence pour éviter de transgresser la législation. Si ce choix de communication réduite peut déstabiliser certains investisseurs, ce n’est pas forcément une mauvaise chose ! En effet, obnubilés par les objectifs à court terme, beaucoup de dirigeants sont soumis à une énorme pression, entretenue par la crainte de décevoir le marché. Une situation qui peut avoir des conséquences néfastes. Selon des études américaines, certains directeurs n’hésiteraient pas à repousser des investissements potentiellement créateurs de valeur si cela contribuait à atteindre les attentes trimestrielles d’investisseurs toujours plus avides de profits. Il est clair qu’une telle approche risque de compromettre le développement à long terme de l’entreprise.

D’autres, moins scrupuleux, pourraient être tentés de faire du « window-dressing » (= avancer la facturation de certaines ventes et/ou retarder l’enregistrement de certaines charges de façon à embellir le résultat à court terme). De telles pratiques compliquent évidemment le travail d’appréciation de la performance d’une entreprise. Selon nous, il n’est pas indispensable de savoir qu’une société a enregistré à court terme un dollar en plus ou en moins que ses prévisions.

 

Cela veut-il pour autant dire que nous tournons le dos à tout engagement chiffré ? Assurément non ! Mais notre préférence va aux sociétés, telles WPP, Pearson ou Diageo, qui s’engagent sur des objectifs de moyen et long terme, tout en faisant régulièrement le point.

 

Partagez cet article